Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Message du Directeur exécutif, Lawalley Cole pour 2020 : Les défis de la CAFOR pour nouvelle décennie

Message du Directeur exécutif de la CAFOR, Lawalley Cole pour janvier 2020

Permettez-moi d’abord de saisir cette occasion au nom de la CAFOR et en mon nom propre pour souhaiter à tous nos partenaires, collaborateurs et nos amis une heureuse et prospère année nouvelle. Je voudrais également souhaiter une décennie chaleureuse et prospère décennie, pleine d’excellents résultats pour la nouvelle génération d’Africains.

Alors que cette nouvelle décennie des années 2020 commence, l’éducation reste un défi majeur en Afrique, avec de graves conséquences pour nos jeunes. Bien que la croissance de l’Afrique ait été forte, de nombreux défis demeurent. Le défi de l’emploi est peut-être le plus important. L’emploi des jeunes est devenu un sujet de plus en plus crucial dans les programmes de développement nationaux et mondiaux ces derniers temps, étant donné ses implications socio-économiques et politiques. Bien que le défi de l’emploi des jeunes ait ses dimensions, il frappe les pays du monde entier, quel que soit leur niveau de développement socio-économique.

De toutes les régions, l’Afrique subsaharienne a les taux d’exclusion scolaire les plus élevés. Plus d’un cinquième des enfants âgés de 6 à 11 ans ne fréquentent pas l’école. En outre, un tiers des jeunes âgés de 12 à 14 ans environ ne sont pas non plus scolarisés. Selon les données de l’Institut de Statistique de l’UNESCO (ISU), 60% des jeunes âgés de 15 à 17 ans ne sont pas non plus actuellement scolarisés. Une fois encore, l’image générale de l’éducation en Afrique est celle d’un progrès continu et de défis constants. Nous voyons la conversation sur l’Afrique passer continuellement de celle des lacunes à celle des opportunités. L’Afrique est un leader connu dans l’exportation de produits de base, mais le potentiel économique du continent dépasse de loin. L’Afrique est désormais leader mondial en matière d’adoption mobile, qui continue d’offrir les opportunités économiques intersectorielles les plus importantes. En outre, l’Afrique a potentiellement le poids nécessaire pour influencer dans les domaines de la technologie, de l’agriculture et de la durabilité.

 

De nombreux progrès ont été réalisés au fil des ans pour faire du continent africain la grande place qu’il est. Pourtant, avec l’objectif global de faire de la région un acteur compétitif et productif dans l’économie mondiale et donc dans les relations internationales, le continent doit trouver un moyen de fournir des systèmes éducatifs efficaces, efficients et de haute qualité. À cet égard, nous devons dire que nos systèmes éducatifs en Afrique ont besoin de plus de tout. Nous devons avoir plus d’écoles, ainsi que des enseignants plus formés, en plus d’investissements. Une plus grande participation du secteur privé et le renforcement des partenariats publics et privés aideraient les gouvernements et renforceraient les fonds du secteur public pour financer le système éducatif public du continent.

Les analystes ont demandé qu’un soutien international soit apporté aux universités africaines et autres établissements d’enseignement supérieur. Beaucoup considèrent ces institutions comme déconnectées de leurs sociétés et de leurs marchés, sans investissement dans la recherche qui génère des solutions innovantes. Par exemple, une institution spécialisée dans la formation technique et professionnelle peut exister pendant des décennies dans une communauté sans eau potable et ne fera aucun effort pour trouver une solution. Beaucoup ont appelé à relier les universités aux entreprises des centres d’innovation mondiaux tels que, la Silicon Valley, concluant que cela pourrait aider à améliorer l’éducation et conduire à de nouveaux progrès technologiques qui stimuleraient la croissance économique de l’Afrique.

Alors que nous entamons la nouvelle décennie, nous devons garder à l’esprit que l’Afrique a le potentiel de récolter un dividende démographique au cours de cette décennie et des décennies qui suivront, la croissance de sa main-d’œuvre devenant la plus importante du monde d’ici 2040, et avec un taux de dépendance en baisse. Il est encore plus probable que les filles plus que les garçons ne fréquentent jamais l’école, malgré les énormes progrès réalisés au cours des 25 dernières années. Dans toute l’Afrique, l’UNESCO prévoit que 9 millions de filles âgées de 6 à 11 ans ne fréquenteront jamais l’école, contre 6 millions de garçons. Le désavantage des filles commence tôt, avec 23% des filles non scolarisées contre 19% des garçons actuellement. Au moment où elles deviennent adolescentes, le taux d’exclusion des filles est de 36% contre 32% pour les garçons, selon l’Institut de statistique de l’UNESCO.

Au total, plus d’un enfant non scolarisé sur 5 ne fréquentera jamais l’école. Nous avons besoin d’une action urgente pour éviter une situation plus pire pour les filles alors que le continent fait face à une demande croissante d’éducation en raison d’une population d’âge scolaire en constante augmentation. Mais pour exploiter pleinement ce potentiel, l’Afrique doit accélérer la production d’emplois salariés. Si nous ne le faisons pas, le continent enverra des millions de ménages travailler dur dans des activités de subsistance augmentant le risque de troubles politiques et sociaux avec des explosions potentielles que les pays africains peuvent difficilement se permettre, et à l’heure où l’Union africaine parle de » faire taire les armes » au cours de l’an 2020.

Un paradoxe est que même si l’Afrique reste le continent le plus pauvre du monde, de nombreux gouvernements ont fait des progrès considérables dans la promotion du développement et l’amélioration des conditions de vie des populations. Par exemple, les dépenses de l’Afrique en infrastructures ont doublé pour atteindre environ 80 milliards de dollars par an au cours de la dernière décennie, tandis que de multiples réformes ont amélioré les cotes de facilité de faire des affaires des pays africains. En partie à cause de ces étapes, le PIB combiné de l’Afrique a triplé depuis le début du siècle. Les investissements dans les systèmes de santé ont enregistré des gains importants, notamment une réduction de 50% des taux de mortalité infantile depuis 1990. Dans le secteur de l’éducation, le temps moyen que les enfants africains passent à l’école a presque doublé depuis 1990, contribuant ainsi à porter le taux d’alphabétisation des jeunes à 70 %.

Une question que nous devons nécessairement poser est de savoir si ces progrès seront durables ou bloqués au cours de cette décennie. La réponse à cette question se résumera principalement au financement. Le continent est confronté à une tempête parfaite de ralentissement de la croissance, de baisse des prix des matières premières, de stagnation des recettes fiscales et de hausse de la dette publique. Les déficits budgétaires combinés des gouvernements africains ont dépassé les 100 milliards de dollars en 2018, soit près de 5% du PIB, ou le double du niveau de 2010. Sans des mesures appropriées, de nombreux gouvernements seront confrontés à une pression fiscale croissante et verront leur capacité à investir sévèrement limitée, donc gravement compromettant les investissements dans les secteurs sociaux, y compris dans l’éducation, avec de graves conséquences.

Pourtant, les gouvernements africains ont largement la possibilité de mobiliser des ressources intérieures pour leur développement et d’améliorer l’efficacité des dépenses publiques. Nous avons maintenant atteint le stade où l’Afrique doit briser le syndrome de dépendance et de commencer à mobiliser efficacement les ressources intérieures pour la croissance si le continent devait faire des progrès dans un développement significatif. Plusieurs gouvernements pionniers ont déjà réalisé d’importantes améliorations dans la collecte des recettes grâce à des réformes du système fiscal. D’autres ont permis de réaliser d’importantes économies budgétaires dans des domaines tels que les marchés publics et les dépenses d’investissement. De nombreux analystes ont souligné que des améliorations similaires des finances publiques, si elles étaient étendues à travers le continent, pourraient combler l’intégralité du déficit budgétaire en quelques années.

Un autre problème majeur en Afrique auquel de nombreux gouvernements s’attaquent actuellement sur tout le continent est le problème de la fraude et de la corruption, qui ont continué de peser lourdement sur les finances publiques de l’Afrique. Les gouvernements doivent prendre des mesures plus audacieuses, notamment par le biais de solutions technologiques, pour résoudre ce problème. L’Union africaine estime que jusqu’à 150 milliards de dollars sont perdus chaque année à cause de la corruption sur le continent. Cette perte se présente sous la forme de pertes sur les fonds publics et de pots-de-vin payés par des particuliers et des entreprises. Grâce à certaines des transformations réussies des finances publiques en Afrique, nous savons maintenant que nous pouvons appliquer des solutions largement connues dans des cas particuliers. Cependant, la mise en œuvre peut être difficile. Ces obstacles à la mise en œuvre comprennent des intérêts acquis, des cloisonnements dans les organisations, un manque de concentration et des lacunes dans les capacités.

Dans la plupart des cas, les gouvernements et les institutions doivent insister pour que les bons dirigeants soient en place pour la transformation appropriée des institutions concernées. Nous devons d’abord avoir une volonté politique et une discipline solides tout au long du changement, y compris la promotion active de l’effort des dirigeants politiques, rendue visible dans l’ensemble du gouvernement. Il devrait y avoir non seulement des leaders dotés des capacités techniques adéquates, mais aussi ceux qui peuvent inspirer les autres et servir de modèles pour toute une organisation. Les parties prenantes essentielles qui incluent le secteur privé et les partenaires au développement doivent être activement impliquées. Les gouvernements devraient appliquer une concentration équilibrée sur la croissance agressive des revenus et le contrôle des coûts, avec une exigence soutenue pour maximiser l’impact des deux côtés de l’équation. La communication doit être un élément essentiel de cette transformation avec une histoire de changement convaincante communiquée dans l’ensemble de la fonction publique pour favoriser la compréhension de l’objectif de la conversion et la conviction que le changement est bénéfique et significatif. Dernier point, mais non le moindre, la technologie doit devenir un catalyseur essentiel de la transformation, car la numérisation permet aux gouvernements d’augmenter radicalement la transparence, permettant une meilleure prise de décision.

Pour que les transformations des finances publiques soient significatives, nous aurons généralement besoin de l’action de plusieurs départements, agences, ministères et autres parties prenantes. Ces entités doivent accélérer leur rythme pour se déplacer plus rapidement qu’elles ne sont habituées à se déplacer, collaborer au sein d’équipes et d’initiatives conjointes et expérimenter de nouvelles approches audacieuses. Les gouvernements africains sont confrontés à de sérieux défis budgétaires, mais ils ont également d’énormes possibilités – réalisables à court terme – de réformer les finances publiques. Avec un engagement suffisant en faveur de la transformation, les gouvernements peuvent créer une nouvelle marge pour poursuivre les priorités de dépenses sans menacer la viabilité budgétaire.

Étant donné les besoins importants de financement pour atteindre les objectifs de développement du continent, le moment est venu d’agir. Les ministres des finances qui prennent l’initiative peuvent superviser une évaluation solide des possibilités de leur pays d’augmenter les recettes fiscales et douanières et d’améliorer l’efficacité des dépenses publiques. Et ils peuvent alors concevoir une machine de livraison capable de traduire ce potentiel en gains tangibles et durables.

La CAFOR, qui a à peine deux ans d’existence, se conformera strictement aux principes de l’Union africaine et continuera de surveiller la situation économique sur le continent alors qu’elle plaide pour un changement des mentalités afin de permettre à nos dirigeants de permettre l’indépendance financière du continent pendant cette décennie. Le développement économique et social devrait être une question primordiale étant donné que l’Union africaine s’oriente vers un changement des mentalités pour permettre à l’Afrique de commencer à financer ses programmes et activités sur le continent, à commencer par l’Union africaine elle-même.

Sur le plan opérationnel, la CAFOR a effectivement commencé le 1er janvier 2018 et a participé aux divers événements majeurs sur l’éducation pour le développement en Afrique et dans le monde. Il s’agit notamment de réunions de haut niveau au siège de l’Union africaine à Addis-Abeba, et à travers le continent. La CAFOR a également participé et contribué de manière significative à plus de vingt forums de dialogue politique dans plusieurs pays d’Europe et des États-Unis sur l’éducation et l’alphabétisation, le renforcement des capacités et l’emploi des jeunes en Afrique, les objectifs de développement durable (ODD), l’Agenda 2063, et la science, La stratégie pour les technologies et les innovations en Afrique (STISA 2024), la stratégie continentale pour l’éducation en Afrique (CESA 16-25) et la stratégie continentale pour l’enseignement et la formation techniques et professionnels (EFTP) ont été les principaux sujets des discussions.

Tout au long de l’an 2019, j’ai rencontré et discuté, avec des membres de mon personnel, plus de 30 ambassadeurs du monde entier, ainsi qu’avec d’autres membres de la communauté international et des partenaires et représentants accrédités auprès de l’Éthiopie et de l’Union africaine. Les sujets des discussions ont porté sur les agendas de l’Union africaine cités ci-dessus référencés. Je profite de cette occasion pour remercier tous les ambassadeurs et les chefs d’agence qui ont répondu d’une manière aussi positive en promettant leurs soutiens à la CAFOR et au programme de l’Union africaine.

Alors que nous commémorons la signature du Mémorandum d’Accord entre l’Union africaine et la CAFOR, nous continuons de faire face aux nombreux défis que nous voyons à l’échelle mondiale au niveau continental. Nous avons donc encore un long chemin à parcourir pour réaliser nos rêves d’une meilleure Afrique pour la future génération d’Africains. Lorsque nous avons signé ce protocole d’entente, la CAFOR et l’Union africaine ont convenu de travailler ensemble pour renforcer l’intégration des agendas politiques mondiaux et continentaux au niveau national. Il s’agit notamment des ODD, de l’Agenda 2063, de la STISA 2024, de la CESA 16-25 et de la stratégie continentale de l’EFTP. Le défi reste maintenant de savoir comment les deux parties renforceront le dialogue sur les questions politiques recommandées par l’Union africaine et favoriseront une compréhension commune des problèmes des réformes éducatives pour la participation des jeunes à la main-d’œuvre nationale respective, et comment nous soutiendrons le renforcement de l’engagement et l’appropriation des programmes politiques au niveau des pays.

Avec un nombre croissant de membres, le travail de la CAFOR au niveau des pays sera considérablement amélioré en 2020 et au-delà. Ayant plus de 50 membres établis de 30 pays et organisations en Afrique ainsi qu’avec plus de 1 600 professionnels des médias, de l’éducation et du monde du développement économique et social, la CAFOR continuera de renforcer les partenariats avec des organisations basées en Afrique, y compris plusieurs organisations dirigées par des jeunes pour le mise en œuvre des politiques de l’Union africaine et d’autres stratégies internationales. La CAFOR attend avec intérêt le soutien continu de ses partenaires et parties prenantes alors qu’elle continue à progresser vers les plus niveaux dans sa fuite vers la réalisation de « l’Afrique que nous voulons tous ».

La CAFOR travaille actuellement à l’établissement de bureaux régionaux à travers le continent. L’organisation ouvrira bientôt des bureaux en Afrique de l’Est (Nairobi), en Afrique australe (Lilongwe), en Afrique de l’Ouest (Abuja), en Afrique du Nord (Rabat) et en Afrique centrale (Kinshasa). Ces bureaux couvriront toutes les activités dans leurs régions respectives. Les bureaux régionaux seront des entités professionnelles qui vont relever les défis des jeunes dans les domaines du développement des compétences et des problèmes d’emploi dans les divers pays africains. Ils fourniront une expertise de haut niveau dans leur domaine d’activité sous la forme de travaux de recherche et d’analyse de pointe, d’une assistance technique et d’une formation aux États membres de l’Union africaine, aux communautés économiques régionales et à la Commission de l’Union africaine. Ils mèneront des études sur des sujets émergents en prévision des défis futurs, coordonneront des partenariats stratégiques et mobiliseront des ressources pour leurs programmes de travail. L’objectif primordial de toutes ces interventions est de renforcer les politiques et stratégies éducatives qui affectent les jeunes des pays africains. Les bureaux régionaux se concentreront sur des solutions qui correspondent directement aux besoins de chaque pays et du continent dans son ensemble. Ces bureaux tireront les leçons du passé, en particulier des traditions commencées sous les régimes coloniaux et les gouvernements postcoloniaux. La CAFOR mettra également l’accent sur les disciplines STEM (science, technologie, ingénierie et mathématiques) et s’efforcera de trouver des solutions aux défis de l’Afrique au cours de la prochaine décennie. La CAFOR plaidera pour que les systèmes éducatifs en Afrique soient structurés de manière à répondre à ces lacunes et à rafraîchir les talents dont l’Afrique a grandement besoin pour relever les défis dans de multiples secteurs, tels que l’énergie, l’eau et les infrastructures. Au moins 40% des employés de la CAFOR seront des jeunes de 35 ans et moins, qui bénéficieront également du mentorat d’un personnel expérimenté de l’organisation.

Pour conclure, permettez-moi d’annoncer la tenue d’une table ronde que la CAFOR tiendra bientôt. L’objectif de ladite table ronde est de contribuer à la mise en place de mécanismes de financement durables qui accéléreraient les besoins de financement durable de la CAFOR, ce qui augmenteraient l’impact de la CAFOR sur la performance de la politique, et le cadre juridique pour faire progresser l’éducation et le développement des jeunes en Afrique. La CAFOR souscrira également à la conception d’un plan de gestion du financement à long terme en collaboration avec la Commission de l’Union africaine, ses organes et toutes les agences partenaires ainsi que les États membres en examinant les résultats de ses interventions au niveau des pays. La CAFOR présentera, à cet effet, son plan stratégique quinquennal s’étalant de 2020 à 2024 à la table ronde.

Compte tenu des circonstances mondiales changeantes et à la nécessité d’être en mesure d’évaluer les résultats tangibles et identifiables découlant des agendas continentaux et mondiaux, le Plan stratégique guidera la CAFOR dans la définition de sa vision sur la façon d’atteindre les objectifs et buts mondiaux et continentaux auxquels elle s’est assignées. Il développera des mécanismes de suivi permettant d’obtenir un effet de synergie maximal avec les objectifs stratégiques de l’Union africaine. Le plan permettra également à la CAFOR de clarifier la direction qu’elle prendra dans le cadre de l’évolution de l’environnement politique au cours des cinq prochaines années, du fait que les ODD ont élargi le programme d’éducation de la focalisation sur l’éducation de base à l’intégration de tous les niveaux d’éducation.

En particulier, le Plan nous guidera pour mieux articuler les ambitions éducatives de l’Afrique alignées sur l’Agenda 2063 de l’Afrique, notre plan de 50 ans de l’Union africaine pour transformer le développement socio-économique de l’Afrique. Au niveau des pays, la CAFOR devrait être en mesure de travailler avec les autorités nationales pour interpréter et communiquer les 12 objectifs stratégiques de la CESA 16-25, car cette activité a pour mission de « réorienter les systèmes d’éducation et de formation de l’Afrique pour répondre aux connaissances, compétences, aptitudes, l’innovation et la créativité nécessaires pour nourrir les valeurs fondamentales de l’Afrique et promouvoir le développement durable aux niveaux national, sous régional et continental « . Nous nous attendons à ce que les agendas politiques mondiaux et continentaux soient intégrés dans les stratégies de développement et sectorielles au niveau des pays en fonction des besoins, des priorités et du contexte de chaque pays.

Une fois de plus, je vous souhaite bonne et heureuse année, et bonne nouvelle décennie!