Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Célébration du 10 janvier fête du Vodoun : Naissance de l’Ordre suprême des ancêtres à Ouidah

Les têtes couronnées, adeptes des religions endogènes et sympathisants étaient réunis jeudi dernier à la salle culturelle du Ford Français de Ouidah pour la création de l’Ordre suprême des ancêtres et le lancement du site du chef suprême des religions.

Donner une valeur aux cultes endogènes notamment le Vodoun. C’est la vision soutenue par Isatis Bénin. Sa représentante locale l’a d’ailleurs fait savoir au cours de la cérémonie de mise sur pieds de l’Ordre suprême des Ancêtres. Présente à cette cérémonie, l’autorité municipale a dit sa joie pour cette initiative qui donne de la valeur à la commune de Ouidah. Le maire de la commune de Ouidah, Célestine Adjanohoun indique que « l’événement honore notre commune et s’inscrit dans les ODD conformément aux objectifs que s’est assignée l’Ong ». Elle fait savoir que « désormais le vodoun ne sera plus qu’écouter mais présent à travers les médias et les nouvelles technologies. Elle remercie l’Ong Isatis qui a voulu valoriser le vodoun à travers le monde entier. A en croire celle-ci, « Le vodoun ne fait pas du mal, le vodoun ne fait que du bien. Cette initiative rehausse l’image de Ouidah qui est le berceau des vodoun. Cette initiative permet de montrer aux populations que le vodoun est une bonne chose ». Il s’agit pour elle d’une vision conforme à celle du chef de l’Etat qui entend faire de Ouidah la capitale historique de la culture.

Partenaire de l’événement Isatis est une banque d’affaires dont le siège social est à Montréal, au Canada et qui possède des antennes régions à travers le monde, dont un bureau de représentations au Bénin. « Isatis s’investit dans plusieurs secteurs, dont la mise sur pied et la promotion de produits de tourisme mémoriel, mais aussi la valorisation d’éléments de propriété intellectuelle dérivés du patrimoine immatériel » explique le représentante Afrique de Isatis, Inès Makpé qui explique en premier lieu que « nous avons un intérêt manifeste pour la sagesse et la culture vodoun ainsi que mes attributs du patrimoine immatériel de l’humanité légué en héritage par nos ancêtres, à travers les différents royaumes qui constituent la mosaïque du Bénin aujourd’hui ». « En considération de ces faits, offrir un appui technique est une contribution financière au palais Houxwé, pour soutenir la mise sur pied et les opérations de l’Ordre Suprême des Ancêtres, était pour nous tout indiqué », souligne Inès Makpé. Elle informe de ce que « La contribution d’Isatis, qui a principalement pris la forme d’une commandite, s’inscrit dans sa volonté de poser des actions concrètes, tangibles et structurantes, en appui au PAG ». Pour celle-ci, « Le projet OSA mis en avant par le palais Houxwé, en plus d’aider à la promotion de la culture et de la sagesse Africaine autant à travers la sous-région de l’Afrique de l’Ouest que par le monde, se veut aussi un dispositif pour donner une voix et une reconnaissance à la diaspora africaine, issue de la traite négrière dont beaucoup d’ancêtres sont partis de Ouidah. Une diaspora qui aujourd’hui composé la diversité et la richesse de leur terre d’accueil mais qui est encore trop souvent victime de marginalisation et d’exclusion ». Elle indique par ailleurs que « Par l’entremise des organismes faîtiers que l’Ordre prévoit créer, nous entrevoyons un moyen de faire le lien entre la diaspora noire, les personnes ayant la culture et la sagesse Africaine en partage et le Bénin et ce dans un esprit de paix, d’entraide et de fraternité ».

Inès Makpé fait savoir que « Isatis a toujours défendu l’importance de préserver, mettre en valeur et diffuser, l’histoire et la culture ancestrale des peuples qui ont contribué à l’édification de l’humanité ». A l’en croire, « A une époque où nous parlons abondamment de changement climatique, de lutter contre la pollution et de protection de la biodiversité, de la terre et des océans, l’humanité devrait peut-être revisiter les enseignements et la sagesse véhiculés par des religions vernaculaires comme le vodoun et se rappeler que l’homme se doit de vivre en harmonie avec la nature et non essayer de la dominer ». Elle confie que « c’est à la protection, la promotion et la diffusion du patrimoine immatériel qu’Isatis a décidé de se consacrer. En plus du patrimoine immatériel, le Bénin possède aussi une autre richesse qui le différencie, il s’agit du patrimoine vivant que forme le collège des rois, élites religieuses et traditionnelles du Bénin dont Dagbo Hounon fait partie ». Isatis a fait le choix de s’investir dans le patrimoine vivant du Bénin pour s’assurer que les US, coutumes et traditions qui forment la richesse de notre pays continue à se transmettre aux générations futures ».

Paul Akogni, représentant le ministre de la culture, loue cette volonté des organisateurs à mettre le vodoun au cœur de leur programme. Il dira l’Ordre supérieur des Anciens entend assembler, organiser et conduire adeptes et sympathisants du culte vodoun dans un creuset d’action de réflexion. Il martèle que « toute action menée dans le but de sauvegarder, documenter, identifier, protéger, revitaliser, promouvoir un élément du vodoun sera bien accueillie par le ministère ».  Pour celui-ci, l’Ordre est désormais un partenaire, une interface et un opérateur clé dans la mise en œuvre de certaines actions gouvernement du président Talon à travers le ministère de la culture. L’ong entend rassembler tout le monde dans un creuset de réflexion. Tout ce que vous ferez pour promouvoir, valoriser et le culte vodoun sera accueilli par mon département ministériel.

error: Content is protected !!