Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Liga: Ronaldo en trouble fête pour l’Atlético Madrid (la raison)

Liga: Ronaldo en trouble fête pour l'Atlético Madrid (la raison)

Liga: Ronaldo en trouble fête pour l'Atlético Madrid (la raison)

Le suspense reste entier en Liga. Le stade José Zorrilla de Valladolid décidera ce samedi du vainqueur du championnat espagnol et aussi de certaines des équipes qui seront reléguées en deuxième division.  L’Atlético Madrid, leader jusqu’à présent, affrontera en dernière journée le Real Valladolid qui jouera sa survie. Et selon Mundo Deportivo, le président du Real Valladolid, Ronaldo Nazario est prêt à tout pour maintenir son club et ainsi gâcher la fête des Colchoneros.

Samedi prochain se jouera la 38è et dernière journée de la Liga.  l’Atletico  Madrid se rendra à Valladolid et le Real Madrid accueillera le Villarreal, qui jouera trois jours plus tard, la finale de la Ligue Europa contre Manchester United. Deux points seulement séparent les deux clubs de Madrid pour la course au titre.  Coïncidence, c’est l’un des grands attaquants de l’histoire du Real Madrid, Ronaldo Nazario , qui est maintenant le propriétaire de Valladolid.  Le Brésilien a de nombreuses raisons de vouloir que son équipe batte l’ Atlético ce week-end.

 

D’abord parce que d’un point de vue sportif, son club joue le maintien sur cette dernière journée. Valladolid est en dual à distance avec Huesca et Elche.  Même si les  Violet et Blanc s’imposait, cela dépendra des résultats des deux autres antagonistes (Elche jouera contre Atletic Bilbao et Huesca contre Valence). Mais si Valladolid s’imposait contre l’atletico Madrid et que dans le même temps le Real Madrid battait Villareal,  les Merengue conserveront la Liga.

Et pour que ses joueurs soient très motivés, le Brésilien a offert, selon le journal Valladolid, pas moins de 150 000 euros de bonus à chacun des joueurs de son équipe s’ils parviennent à maintenir le club dans l’élite.

l
Le Journal de NOTRE EPOQUE