Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Entre le terrain et la caserne politique: : Joseph Djogbénou fait son choix

Vingt quatre heures après être déposé sa démission de la maison de la grande muette, l’ancien président de la Cour constitutionnelle Joseph Fifamin Djogbénou indique son nouveau challenge. En effet, c’est à la faveur d’une conférence de presse tenue ce mercredi 13 Juillet 2022 à la salle Baobab 1 du Novotel Cotonou Orisha , que l’ancien président d’honneur du parti Alternative citoyenne annonce son come-back au sein de l’arène politique béninoise.

Casé depuis quatre ans à la cour constitutionnelle avec son pseudonyme de sage, le communicateur Djogbénou est contraint à une tenue. Une posture inadéquate aux qualités intrinsèques de l’ancien président de la commission des lois de la 7è législature, Joseph Fifamin Djogbénou. Pour renouer avec le public afin de poursuivre son engagement sur le chantier politique, l’homme de droit a usé de la parcelle de droit réservée à cet effet en déposant le toge de sage pour se revêtir du costume politique. “Le renoncement à l’action politique auquel j’ai dû me soumettre m’a permis de comprendre que le travail véritable est sur le chantier. Qu’il est nécessaire alors que les objectifs majeurs au sein de la Cour Constitutionnelle me paraissent être accomplis, réalisés.” déclarait le conférencier Joseph Djogbénou.

Pour continuer son aventure politique, l’ancien acteur de la société civile reste fidèle à sa formation politique dont il en est un membre fondateur, le parti du “Baobab”, l’Union Progressiste. “Il est nécessaire de redevenir un simple ouvrier au près du chantier politique. Il est nécessaire de renouveler l’engagement politique. Il est nécessaire de retrouver sa famille politique. Et la mienne c’est l’Union Progressiste” s’engage le militant politique Joseph Fifamin Djogbénou. Une qui renforce les différentes supputations qui encourent sa démission depuis 24 heures, et qui envoient l’agrégé des droits privés, Joseph Fifamin Djogbénou, à la tête du plus grand parti politique, l’Union Progressiste, au perchoir de l’Assemblée Nationale à l’issue des élections législatives de Janvier 2023, ou à la quête du fauteuil présidentiel occupé actuellement par son ami personnel Patrice Talon en 2026. À ces différentes suppositions, le professeur Joseph Fifamin Djogbénou en bon militant se dit prêt à honorer à tout et rien que les engagements que sa famille politique l’aurait confié. “Je suis candidat à tout ce que mon parti, l’Union Progressiste me demandera de faire.” dixit Joseph Djogbénou.

Jeraud LANGANFIN GLELE