Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

 Politique  : Franck Kpassassi, découvre un autre Talon 

«Comme je vous l’ai dit, ça fait depuis quelques mois que j’ai pris du recul sur tout ce qui se passe au niveau de l’opposition. Mieux, observez avec moi qu’au niveau de ce front, c’est qu’il n’y a pas d’abord tous les partis de l’opposition. Donc tous les partis de l’opposition ne sont pas réunis dans ce front. Ça veut dire qu’il y a déjà une divergence d’opinion; et si vous suivez bien l’actualité, il y en a qui se disent proches de l’opposition mais qui ne le sont pas au fond; la naissance de ce front n’est pas la bienvenue même au niveau disons des acteurs qui se sont déclarés de l’opposition”

“Ce front n’a pas encore tiré une leçon de tout ce qui a pu se passer depuis quelques années. Quelle est l’aspiration réelle des béninoises et béninois? C’est à ça que l’opposition doit répondre  aujourd’hui”

“Je pense que l’opposition devrait déjà attirer l’attention par rapport sur ce que veut la population. C’est vrai que nous avons assez milité et revendiqué beaucoup de choses, mais ce n’est pas à quelques mois qu’ils vont le faire. L’aspiration réelle du peuple; les béninois veulent de l’eau potable, de l’énergie beaucoup de choses. C’est vrai que j’ai entendu parler de restauration de la démocratie et la dessus, vous savez que c’est une terminologie qui est assez dichotomique; c’est une terminologie qui est perçue d’une manière d’une autre”

«Le président Talon dans sa déclaration de candidature a eu à dire qu’il est candidat pour restaurer. Le front parle également de restauration de la démocratie, mais à un moment donné, la parole serait donnée au peuple béninois et c’est justement ce que je dis. Si j’ai une solution à proposer et un conseil à donner à ce front, c’est de proposer leur politique aux béninois afin que nous sachions, qu’est ce qu’ils font pour améliorer leur quotidien”

“L’essentiel pour nous aujourd’hui, c’est d’appréhender les réels problèmes des béninois. Je vous l’ai dit, chacun conçoit à sa manière la restauration de la démocratie. Aujourd’hui, il faut définir les priorités. Je pense pour ma part que nous devrions faire fi de tout cela et aller dans un débat de front d’idées qui nous permet de faire le point des aspirations des béninois”

“Je l’ai dit c’est une démarche qui est légitime dans la forme, mais dans le fond est-ce qu’il faut reculer encore par rapport à tous les acquis jusque là? Ce n’est pas seulement le mandat du président de la République qui a été décalé. Il y a le mandat des députés, des maires qui ont été décalés. Donc pourquoi ça n’a pas posé problème là bas et c’est lorsqu’il s’agit du Président de la République que ça pose sérieusement problème?”

“Le président Patrice Talon par exemple, a pris un temps au cours de son mandat. Il a fait ce qu’on appelle un diagnostic dès le départ et après le diagnostic, il a commencé par annoncer les réalisations. Avant d’être candidat pour un second mandat, c’est qu’il est allé faire une tournée dans toutes les 77 communes pour toucher du doigt ce qu’il a pu réaliser comme infra-structures. L’opposition est dans un coin entrain de demander la restauration de la démocratie pendant que le président Patrice Talon s’active à identifier les besoins du peuple. Le peuple béninois attend des propositions concrètes pour l’amélioration des conditions de vie, parce que j’imagine qu’on ne peut pas faire la politique en 2021 comme en 90”

“Je m’étais inspiré par le passé d’un document qui date de 2012, publié par l’Union fait la nation d’entre temps. L’UN était membre de l’opposition et dans ce livre, l’UN avait eu à faire des propositions et parmi ces propositions figurait pleinement le renforcement des conditions pour être Président de la République, parce que être président de la République est très sacré”

Franck Kpassassi, Secrétaire Général du PUJO