Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

ANIP/RÉFORME DANS LE SECTEUR DE L’ÉTAT CIVIL AU BÉNIN  : Désormais les naissances au registre national des personnes physiques dès janvier 2021

A l’Agence nationale d’identification des personnes (Anip), a eu lieu un atelier technique d’implémentation du processus d’inscription des naissances au Registre national des personnes physiques (RNPP). Une initiative salvatrice qui entre dans le cadre des réformes engagements dans le secteur de l’Etat civil et va prendre corps à partir de janvier 2021 sur toute l’étendue du territoire national.

Cet atelier technique d’implémentation entend tester le dispositif conçu pour l’inscription des naissances au Registre national des personnes physiques (RNPP). De façon spécifique, les différentes activités permettront de simuler le processus d’inscription des naissances au RNPP et de tester l’opérationnalité par des séances techniques pilotes dans quelques communes. C’est pourquoi, il était convié à ses assises, les agents de l’Anip, ceux de la Direction de l’Etat civil ; ceux de l’Agence nationale des soins de santé primaire ; de la Direction nationale des hôpitaux et enfin ceux de la Commune de Cotonou. En Afrique subsaharienne, les systèmes d’identification sont devenus un des piliers fondamentaux de la société pour établir un contrat social entre le gouvernement et les citoyens. Au Bénin, l’initiative du RNPP tient lieu du fait que lors de l’opération du Recensement à vocation d’identification de la personne (Ravip), de nombreux constats désolants ont été faits. Dans certaines localités du pays, des registres sont inexploitables, d’autres sont jetés à même le sol, d’autres encore sont mal remplis. Toute chose qui semble être de la pourriture au niveau de l’administration publique.

Avec l’avènement du RNPP, a expliqué le Gestionnaire Mandataire de l’Anip, Dr Cyrille Gougbédji, le chantier de la dématérialisation à numériser tout l’existant physique prend corps. Il en veut pour preuve le projet Pran qui a permis la reconstitution actes de naissance à problèmes voire des souches disparues ou encore abîmées. Et mieux, a-t-il poursuivi, la logique est de faire une dématérialisation duplicative. Sur la question, il a précisé qu’il sera mis en place le Système intégré de gestion de l’état civil. Ainsi donc depuis la maternité, les nouveaux nés seront enregistrés dans la base de données suite aux déclarations voire informations des sages-femmes et ils pourront être gérés jusqu’à leur décès. Au cours de cet atelier, un exercice sur la mise en application du système a été fait pour mieux assimiler les différentes procédures en vue de la mise en œuvre du RNPP dès le 1er janvier 2021 sur toute l’étendue du territoire national.

 

Quelques photos…

Com. ANIP-PR