Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Poursuite du championnat de Biélorussie  : Une absurdité racontée par Alexander Hleb

Le championnat de Biélorussie est le dernier d’Europe à se poursuivre en pleine épidémie de coronavirus. Une absurdité racontée par Alexander Hleb, ancien joueur d’Arsenal et du FC Barcelone.

En pleine épidémie du coronavirus, tous les championnats européens sont à l’arrêt. Tous sauf un. En Biélorussie, la saison 2020 de la Vysshaya Liga a démarré la semaine dernière comme si de rien n’était. Jeudi, le BATE Borisov, équipe la plus titrée du pays, s’est inclinée sur le terrain du Minnows Energetyk (3-1), devant un stade à moitié plein de 730 personnes.

Ancien joueur d’Arsenal et du FC Barcelone, Alexander Helb, qui a pris sa retraite il y a quelques mois après une dernière aventure au sein du club biélorusse d’Isloch Minsk, raconte cet anachronisme insensé alors que le monde entier se confine.

“Le seul endroit en Europe où vous jouez au foot”

“Le monde entier regarde maintenant la ligue biélorusse, sourit l’ancien milieu offensif au Sun. Tout le monde devrait allumer la télévision et nous regarder. Lorsque la NHL a suspendu la saison, beaucoup de joueurs de hockey sur glace sont venus jouer en Russie. Peut-être que Lionel Messi et Cristiano Ronaldo pourraient venir dans le championnat biélorusse pour continuer à jouer. C’est le seul endroit en Europe où vous pouvez jouer au football. Au moins, le peuple biélorusse sera heureux.”

La légereté de la réponse de celui qui a signé un triplé avec le Barça en 2009 interpelle. Mais le joueur est conscient de l’absurdité de cette décision de maintenir le championnat. “Le coronavirus a provoqué l’arrêt de la Ligue des champions et de la Ligue Europa, rappelle-t-il. C’est bien, car il faut essayer de l’arrêter (le virus, ndlr). L’UEFA a fait ce qu’il fallait. Mais au Bélarus, c’est comme si personne ne s’en souciait. C’est incroyable. Peut-être que dans une semaine ou deux, nous nous arrêterons ici. Peut-être que notre président attend simplement de voir ce qui se passe avec le virus.”

“Ils s’en foutent”

“Tout le monde ici sait ce qui est arrivé à l’Italie et à l’Espagne, poursuit-il. Ça n’a pas l’air bon. Mais dans notre pays, les gens de l’administration présidentielle pensent que ce n’est pas aussi extrême que le dit la nouvelle. Beaucoup de jeunes et d’étudiants ici pensent comme ça. Je reste à la maison avec ma famille. Mais quand je sors, les rues et les restaurants sont toujours pleins. Tout le monde s’entraîne normalement, se prépare pour la nouvelle saison. Ils s’en foutent. Tous les championnats sont arrêtés mais ici, nous ne pensons pas que ce soit un problème. Pourquoi? Je ne sais pas.”

La poursuite du championnat illustre le peu d’importance accordé au Covid-19 par le président Alexander Lukashenko, surnommé “le dernier dictateur d’Europe”. “Les gens travaillent dans des tracteurs, personne ne parle du virus, a-t-il récemment déclaré. Dans les villages, le tracteur guérira tout le monde. Les champs guérissent tout le monde