Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Présidentielle et fin du quinquennat 2016-2021 : «Seule la voie des urnes peut nous conduire à une alternative pacifique» dixit Irénée Agossa à Porto-Novo.

Des émeutes qui ont lieu depuis ce matin dans le pays suite à un mouvement d’humeur de certaines populations qui estiment que le mandat du président patrice Talon est fini ce 5 avril à minuit interpellent toute la classe politique. C’est ainsi le candidat à la présidentielle de dimanche prochain, Irénée Agossa en meeting à Porto-novo a donné son avis sur la question. Pour lui, «Seule la voie des urnes peut nous conduire à une alternative pacifique».

Le candidat de la dynamique «Restaurer la Confiance», à la Vice-présidence face aux femmes dans un meeting à Porto-novo hier semble ne pas être du même avis que les manifestants de la rue qui brulent des pneus et bloquent des voies. «Le Bénin n’est pas un pays ou on doit se manger ou s’affronter à longueur de journées. Certains peuvent s’exprimer et les autres même en n’étant pas d’accord donne son avis mais dans la diversité ». a déclaré Irénée Agossa. Pour lui, la période électorale est souvent un moment de fête. «Et c’est notre volonté qu’on vote. Et souvent Dieu nous accompagne » ajoute-t-il. «Mais depuis quelques années, il n’y a plus de joie dans les élections. Tout le monde est sur le qui vive. A la moindre incartade on peut être en exil » constate le candidat. Cependant, selon Irénée Agossa, seule la voie des urnes peut nous conduire à une alternative pacifique. Dans son développement, il a exhorté les populations à ne pas croire ceux qui estiment qu’il nr faut pas aller voter. «Vous devez sortir pour aller voter pour Notre duo afin de signifier aux uns et aux autres que c’est vous-populations-qui êtes réellement les détenteurs du pouvoir » a martelé. le candidat de la dynamique «Restaurer la Confiance», à la Vice-présidence. «

Lundi sur la télévision nationale, dans une interview, Iréné Agossa, avait déjà fait cas d’une loi d’amnistie. Il a au nom du duo Kohoué-Agossa dit vouloir œuvrer pour le retour des exilés, s’il arrive vainqueur à l’issue de l’élection présidentielle du 11 avril prochain au Bénin. Des propos réitérés à Porto-Novo dans le sens de l’apaisement de la tension sociale. Aussi, ce duo s’apprête t-il a allé dormir au Nigéria le soir de son investiture pour consolider les relations entre les deux pays.

Le Journal de NOTRE EPOQUE