Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Séminaire du Conseil des Béninois de France à Cotonou : Les apports de la Diaspora au développement du Bénin à Cotonou : Les apports de la Diaspora au développement du Bénin

Ce 29 décembre 2022, s’est tenue à la salle bleue du palais des congrès, la journée d’échanges sur les apports de la Diaspora au développement du Bénin, 25 ans après la conférence Nationale des Béninois de l’extérieur.

La journée d’échanges a débuté avec le discours de Gatien Adjagboni, Représentant du Maire de Cotonou. «Votre fédération composée de 39 associations béninoises est l’une des plus active dans l’environnement associative de la diaspora » a-t-il déclaré tout en mentionnant que depuis 25 ans, l’association a accompagné et initié des projets pour plus 1 milliard de FCFA ; des projets important en direction des jeunes filles, des filles mères, des garçons et des femmes, de l’autonomisation des jeunes filles et des femmes, de la microfinance, de l’assainissement, de l’environnement , et de la santé(…) «Par vos actions, vous soulagez la souffrance de nos frères et sœurs compatriotes et parents restés au pays». Ils saluent l’expertise de l’association en matière de co-développement et l’exhorte à continuer dans ce sens.

Le Président du Conseil Béninois de France Jean-Charles Ahomadégbé, après avoir remercié l’assistance pour son déplacement au séminaire que le Conseil Béninois de France organise dans le cadre des rencontres du Bénin du 22 décembre au 7 janvier, il a notifié que les rencontres comportent 3 phases dont l’échanges avec les institutionnels pour présenter le Conseil des Béninois de France et voir comment il pourrait s’impliquer dans le développement de notre pays ; la visite des projets portés ou accompagnés par le CBF depuis le 22 décembre dont 8 projets déjà visités à Djakotomey, Pahou, Ouidah, Kpomasse et Agla, Porto-Novo, Abomey-Calavi, Ouèssè, Parakou dans les prochains jours. La dernière phase concerne l’organisation du séminaire de ce jour, l’échanges sur la structuration des Diasporas Béninoises, 25 après la conférence nationale des béninois de l’extérieur, ce qui n’a pas marché, ce qu’il faudrait changer, ce qui faudrait inventer et le dialogue avec les associations pour voir comment faire pour mieux porter les projets(…) “Je ne saurais terminer sans déroger à nos règles que nous nous sommes fixés car nous sommes une association apolitique mais on devient politique quand il faut s’intéresser à ce que le gouvernement fait et qui concerne la diaspora mais d’une manière générale, vous ne trouverez dans le discours d’aucun président passé et présent du CBF, la trace d’un remerciement a un chef d’État parce que nous sommes apolitique. Mais je suis obligés de déroger à cette règles parce que ce serait inélégant, de ne pas remercier chaleureusement le chef de l’État béninois M. Patrice Talon sans lequel nous n’aurions pas pu être dans cette salle aujourd’hui” a-t-il ajouté.

Le ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération Aurélien Agbénonci a montré l’intérêt que son ministère porte à la protection des intérêts des ressortissent béninois à l’extérieure tel que le PAG 2021-2026 l’indique. «C’est la manière dont on traitre nos compatriotes de la diaspora que l’on peut mesurer l’exercice de notre responsabilité d’assurer la protection de nos compatriotes» a-t-il déclaré. Il n’a pas manqué de dire que la politique n’interdit pas de reconnaitre les mérites des compatriotes surtout le premier d’entre eux le Président Patrice Talon. «Je suis persuadé que nos échanges permettrons de mettre en relief le soutiens que notre gouvernement, celui du Président Talon apporte depuis 2016 à la diaspora béninoise considéré à juste titre comme le 13 département de notre pays». «Nous n’avons pas la prétention d’être le meilleur gouvernement que le pays a connu, mais nous avons la prétention de chaque fois faire mieux, faire bien, faire en sorte que nos compatriotes soient satisfaits et fière de nous » a-t-il affirmé.

Ricardo Carlos

l
Le Journal de NOTRE EPOQUE