Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

MESSAGE DE S.E JEAN-CLAUDE KASSI BROU, PRÉSIDENT DE LA COMMISION DE LA CEDEAO, AU PERSONNEL DES INSTITUTIONS DE LA COMMUNAUTÉ À L’OCCASION DE LA COMMÉMORATION DU 45E ANNIVERSAIRE DE LA CEDEAO

CHERS MEMBRES DU PERSONNEL,

A l’occasion du 45ème anniversaire de la fondation de la CEDEAO, qui tombe en ce jour du 28 mai 2020, c’est un plaisir pour moi d’adresser mes sincères salutations aux bâtisseurs de notre Communauté. Grâce à leur vision et à leurs efforts dévoués, notre région peut aujourd’hui s’enorgueillir d’avoir réalisé un espace de libre circulation qui s’étend à plus de 15 pays, un marché économique intégré et des mécanismes de formulation de politiques harmonisées dans tous les domaines.

Le thème retenu pour ce 45ème anniversaire est : “45 ans de solidarité au service des peuples d’Afrique de l’Ouest”, complété par un premier sous-thème qui appelle à “Promouvoir ensemble le développement socioéconomique et humain, par l’intégration régionale”, et un second sous-thème appelant à “Lutter ensemble contre la Covid-19 en Afrique de l’Ouest”. Il va sans dire que ces thème et sous-thèmes trouvent un écho dans cette vision multidimensionnelle de nos Pères fondateurs.

Au cours des 45 dernières années, les États membres de la CEDEAO ont fait preuve de résilience. Ensemble, ils ont traversé de nombreux défis – politiques, économiques, sociaux et sanitaires – notamment la crise de l’épidémie à virus EBOLA. Les États membres n’ont jamais ménagé aucun effort pour afficher des perspectives de croissance prometteuses et tous ont œuvré sans relâche en faveur du développement social à tous les niveaux.

Malheureusement, ces efforts se sont vus compromis par le choc sécuritaire qui a frappé la région dans la zone centrale du Sahel et le nord-est du Nigeria. L’année dernière, la Communauté a convoqué un sommet extraordinaire sur le terrorisme dans notre région, et décidé de l’élaboration d’un Plan d’action régional adopté en décembre 2019 par les Chefs d’État et de Gouvernement de la CEDEAO.

Alors que des efforts conjoints sont déployés pour lutter contre le terrorisme et venir en aide aux réfugiés et aux personnes déplacées internes, notre région est à présent confrontée à un deuxième choc résultant de la pandémie de COVID 19 avec son corrolaire d’impacts sanitaires, économiques, sociaux et humanitaires. À ce jour, tous nos États membres sont touchés par la pandémie et la région de l’Afrique de l’Ouest comptait, au 26 mai 2020, 30 543 cas confirmés de COVID19, et a malheureusement enregistré 655 décès.

Au nom de toutes les institutions de la Communauté, nous compatissons avec les familles endeuillées et leur exprimons nos plus sincères condoléances pour les pertes subies. Nous souhaitons en outre un prompt rétablissement à tous les malades de la pandémie.

Dès la fin février 2020, lorsque la région a enregistré son premier cas de COVID 19, la plupart des États membres ont pris des mesures strictes pour contenir la propagation de la maladie et fournir des soins de santé adéquats pour tous. Aux premières heures de la lutte contre la COVID-19, la Commission de la CEDEAO, en étroite collaboration avec l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS), a été très active pour soutenir les efforts des États membres de la CEDEAO, par la mise à disposition de fournitures et d’équipements médicaux essentiels ainsi

que par le renforcement des capacités, favorisant ainsi un sentiment de solidarité collective en ces moments cruciaux.

En dépit des mesures très fortes prises par les États membres pour faire face à la propagation du virus, la pandémie a entraîné une forte baisse des activités économiques, une diminution des ressources financières couplée à une augmentation des dépenses, ainsi que des crises sociales et humanitaires. En vue d’atténuer les impacts de la pandémie, les États membres ont pris d’importantes mesures.

Pour leur part, les Chefs d’État et de Gouvernement de la CEDEAO ont une fois de plus fait preuve d’un haut degré de solidarité, lorsqu’ils se sont réunis en avril 2020 en un Sommet extraordinaire virtuel, à l’effet de recommander des mesures collectives visant à mettre un terme à l’escalade de la pandémie. Tout en reconnaissant l’impact délétère de la maladie sur le processus d’intégration régionale et le développement socioéconomique en général, les Chefs d’État et de Gouvernement de la CEDEAO ont exprimé leur détermination à tout mettre en œuvre pour protéger leurs citoyens contre la maladie et à conjuguer leurs efforts pour trouver une solution durable à la crise sanitaire, notamment par la recherche médicale endogène.

Ils ont en outre saisi l’occasion de leur rencontre pour exprimer leur solidarité avec le reste du continent africain afin de mobiliser le soutien international en faveur de l’allégement de la dette. Cette initiative devrait permettre de libérer des ressources en faveur de mesures de protection et de palliatifs, au regard de la gravité de l’impact de la pandémie sur les citoyens les plus vulnérables, notamment ceux du secteur informel et des zones rurales, en particulier les femmes et les jeunes. Les Chefs d’État et de Gouvernement ont également décidé de soutenir la mise en place du Fonds de solidarité anti-COVID créé par l’Union africaine.

Nous sommes convaincus que les efforts soutenus engagés collectivement par la CEDEAO et ses États membres, aussi bien dans le domaine social qu’humanitaire et économique, finiront par produire des résultats durables dans la lutte contre la pandémie de la COVID 19.

A cet égard, nous ne pouvons manquer d’exprimer notre profonde gratitude à l’endroit du secteur privé et de la société civile, pour l’appui concret apporté aux États membres. Cet appui ne fait que confirmer le vieil adage selon lequel ‘Charité bien ordonnée commence par soimême’, tout en encourageant nos partenaires extérieurs à apporter un soutien généreux que les Chefs d’Etat ont tenu à saluer tout particulièrement.

Nos partenaires du continent – j’ai nommé l’Union africaine et la Banque africaine de développement – méritent une mention spéciale, ayant tout mis en oeuvre pour assurer une réponse africaine à la crise. Nos remerciements vont également à nos partenaires internationaux, notamment les Nations Unies, les institutions de Bretton Woods, l’Union européenne, le G20 et les partenaires bilatéraux, qui ont fourni un appui en temps opportun.

Au cours des quarante-cinq dernières années, la Communauté a enregistré des avancées notables dans de nombreux domaines, en dépit de l’énormité des défis. Nous sommes en droit d’en être fiers et devons tout faire pour consolider ces acquis et aller de l’avant.

A cet égard, il convient de rappeler les acquis obtenus, au prix de gros efforts, dans le domaine politique, en particulier pour la démocratisation et l’observation d’élections. A ce titre, au cours de l’année écoulée, nous avons fourni un appui technique et financier pour la préparation et la conduite d’élections – présidentielles en Guinée Bissau et au Togo – législatives, couplées à un référendum en Guinée. Alors que nous nous acheminons vers des scrutins présidentiels dans cinq pays, au cours des sept prochains mois, nous avons pris la mesure des difficultés auxquelles les Etats membres pourraient se trouver confrontés, en cherchant les moyens de lever les contraintes et d’écarter les risques posés par le nouveau coronavirus 2019, pour l’organisation d’élections.

Sur le front économique, nous continuons de renforcer les éléments de base du projet d’intégration, notamment la libre circulation des biens et des personnes, ainsi que le droit d’établissement. Tout sera mis en oeuvre afin d’assurer l’opérationnalisation de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), initialement prévue pour le 1er juillet

2020, car elle devrait nous offrir la possibilité d’établir et de consolider de nouvelles chaînes de valeur régionales et continentales, dans un contexte de difficultés au plan mondial.

En revenant sur les réalisations obtenues, non seulement au cours de l’année écoulée, mais aussi durant les quarante-cinq dernières années, nous nous devons également de scruter l’avenir et voir ce qu’il nous réserve. Il est vrai d’affirmer que nous sommes les seuls à pouvoir construire notre avenir, en dépit de nos difficultés. En vérité, il serait approprié de rappeler ici un autre adage qui dit que derrière chaque nuage se cache un rayon d’espoir. Je voudrais à cet égard encourager la Communauté à rester optimiste en ce qui concerne la direction dans laquelle est engagée notre région. Nous avons déjà entamé la réflexion sur la formulation d’un plan de redressement post Covid-19, qui s’appuiera sur tous les secteurs d’activité.

Pour ma part, je demeure optimiste en dépit des défis actuels, et j’ai l’espoir que pour le reste de l’année 2020, notre 45ème anniversaire demeurera une étape mémorable; en effet, c’est également l’année durant laquelle nous aurons fait la démonstration de notre résilience et de notre ingéniosité en tant que peuple, en tant que région et en tant que Communauté ; nous devons également faire preuve de leadership et avoir foi dans notre capacité à surmonter ensemble les défis et construire un avenir radieux pour les populations de la région CEDEAO.

Je voudrais également féliciter le personnel des institutions de la CEDEAO (Commission, Parlement, Cour de justice, Groupe intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique de l’Ouest (GIABA), Organisation ouest-africaine de la Santé (OOAS), Banque d’Investissement et de Développement de la CEDEAO (BIDC), et Bureau de l’Auditeur général). Par votre ardeur au travail et votre dévouement, vous nous avez fait avancer sur la voie de la réalisation de la vision de base des Pères fondateurs, concernant le développement économique et social accéléré de la région, par un processus d’intégration, sous-tendu par la stabilité politique, ainsi que la paix et la sécurité, permettant ainsi aux citoyens de bénéficier d’un avenir prospère et partagé.

Nous attendons avec impatience de célébrer de futurs anniversaires durant lesquels nous examinerons le chemin parcouru avec courage et persévérance et en gardant foi en notre Communauté, pour nous en féliciter car nous aurons gardé le cap et apporté les réponses nécessaires aux grands défis.

Vive les populations de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest,

Vive la CEDEAO

 

S.E. Jean-Claude Kassi Brou

Président de la Commission de la CEDEAO

28 mai 2020

ENCADRE

Les dates Clés de la CEDEAO

• 1975

• Création de la CEDEAO

• •1976

• Adhésion du Cabo Verde

o 1977

• Installation du siège du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO à Lagos (Nigeria)

o 1991

• Inauguration de l’immeuble du siège du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO à Abuja (Nigeria)

o 1993

• Signature du Traité Révisé de la CEDEAO (Cotonou, Bénin)

o 1998

• Transfert du siège de la CEDEAO de Lagos à Abuja en 1998

o 2000

• Retrait de la Mauritanie

o 2007

• Adoption de la Vision 2020 et transformation d’un Secrétariat Exécutif à une Commission

o 2019

• Adoption du nouvel organigramme des Institutions de la CEDEAO à l’exception de la BIDC