Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

TENDANCES ACTUELLES : Les déviances sur les réseaux sociaux : sommes-nous entrain d’assister à une déshumanisation ?

Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont devenus un outil de communication très puissant, le partage de photos et de vidéo est très fréquent .Parfois pour la même vidéo ou photo, on a des versions différentes. Même si aujourd’hui les réseaux sociaux sont incontournable voire indispensable, il faut reconnaitre qu’ils ont des aspects négatifs qui prennent le pas sur ceux positifs. On a l’impression que le fait de se cacher derrière son ordinateur ou son portable fait pousser des ailes à beaucoup de personnes. On se retrouve face à certaines images et vidéos sur les réseaux sociaux qui choquent sérieusement. On retrouve des vidéos où des personnes sont en difficulté et au lieu de leur porter secours, on préfère filmer pour faire le buzz. La vie est sacrée et l’on est étonné de voir des personnes censées être des humains avoir des comportements aussi insensés face à leurs semblables en difficulté. La mémoire des morts même n’est pas épargnée par le vent des réseaux sociaux qui souffle car on voit circuler des photos de personnes décédées dans des accidents de circulation qui font le tour de la toile. Une personne sensible et normale peut-elle s’arrêter sur la voie et prendre la photo d’une personne décédée dans un accident de la route et la publier ? Certaines familles ont su qu’ils ont perdu un des leurs en tombant sur une photo de ce dernier sur les réseaux sociaux, imaginez le choc, sans aucune préparation psychologique. Parfois les images de l’accident sont si éprouvantes à cause des corps déchiquetés et pourtant, des gens prennent des photos pour poster.

L’autre chose qui laisse sans voix, c’est les vidéos de certains enfants en mauvaise posture qui circulent à longueur de journée. Il est vrai que les vidéos comiques des enfants fon beaucoup rire, mais voir des enfants dans des postures qui ne sont pas de leurs âges dans les vidéos qui circulent fait réfléchir. Les comportements qui devraient faire réfléchir les parents sur la qualité de l’éducation qu’ils donnent à leurs enfants sont plutôt étalés au grand jour comme si c’était la chose la plus normale. Quand ces enfants que l’on encourage dans les bêtises au lieu de les sanctionner deviendront des cas sociaux demain, l’on cherchera à accuser X ou Y, l’on oubliera même qu’il fut un moment où on l’avait pris en vidéo pour partager sur les réseaux sociaux, ce qui lui a fait croire qu’il faisait quelque chose de bien. La recherche du buzz ne doit en aucun cas prendre le pas sur l’éducation.

Le plus grave c’est quand la personne est prise en photo ou filmée à son insu pour être exposée aux railleries sur les réseaux sociaux. D’aucuns se disent qu’ils le font juste pour rire, mais est-ce qu’ils imaginent l’état de la personne exposée qui peut lire les différents commentaires, imaginent-ils l’état mental de cette personne qui est exposée, pensent-ils à la souffrance qu’elle pourrait ressentir, la dépression qu’elle pourrait vivre, ou encore le suicide qu’elle pourrait faire si elle n’est pas forte d’esprit. Mais évidemment que ceux qui s’adonnent à cette tâche ne pensent à rien de tout ça, pour eux, le buzz compte plus que tout. Certaines fois, c’est un montage de toute pièce qui est fait avec la photo d’un individu à qui l’on veut nuire et beaucoup de naïfs se mettent à partager sans au préalable s’assurer de la véracité des faits. Les réseaux sociaux détruisent la vie de certaines personnes, faites attention à ce que vous partagez, ayez un peu de sensibilité dans votre utilisation de ces réseaux pour ne pas devenir complices sans le savoir de la déchéance d’autrui.

Il est vrai qu’on ne peut vivre aujourd’hui sans se connecter aux réseaux sociaux, mais il est aussi vrai qu’on peut faire en sorte d’utiliser de façon positive ces réseaux sociaux. Comme l’a su bien dire Rabelais : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme », alors mettons un peu de conscience dans l’utilisation des réseaux sociaux et ne laissons pas ces nouvelles technologies de l’information et de communication nous enlever notre humanité.

Karimath Foumilayo LAWANI