Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

CAFÉ MÉDIAS PLUS N•344 : L’écosystème des fake news au Bénin décortiqué

Invité du numéro 344 de Café Médias plus du vendredi dernier, Léonce GAMAI, journaliste, expert média & communication, auteur de l’étude du CDD West Africa sur l’écosystème des fake news au Bénin a animé une causerie sur le ‘Thème : “Fake news au Bénin : acteurs, trajectoires, influence et moyens de lutte”. De quoi cela y retourne?

Pour parlier au problème de fake news en Afrique le CDD west Africa a décidé en 2021 de lancer une étude d’envergure régional pour pouvoir connaître les différentes facettes des fake news dans les 15 pays de la CEDEAO. Dans chaque pays un espère a été recruté pour faire une étude principalement caritative. L’objectif de cette étude est d’avoir a la fin 15 rapports pour les 15 pays et faire un travaille de synthèse pour élaborer un document. Les points clés qui structures le rapport est les principaux acteurs de l’espace en ligne les principaux acteurs de l’espace hors ligne les principales plateformes en informations en ligne l’interaction entre l’espaces en ligne et hors ligne. Apres plusieurs étude au Bénin le constat fait est qu’il y a plusieurs flambées dans la circulation des infos et de l’augmentation du taux de consommation de l’Internet. selon Léonce Gamaï , “cette conclusion confirme une hypothèse selon laquelle les fake news ne sont pas nés avec les réseaux sociaux et qu’il existait bien avant l’air de l’internet. Seulement que les nouvelles pratiques favorisent la diffusion à grande échelle et à grande vitesse des infox”. C’est pourquoi on a l’impression que les fake news sont nés avec l’Internet. De façon globale selon les études caritative sur le terrain les acteurs diffuseurs et producteurs des fake news au Bénin proviennent pour la plupart du temps des réseaux sociaux (Facebook WhatsApp Twitter Instagram) des sites internet etc….Il faut noter que le cycle de vie des infox contient 3 phases : la phase de création, la phase de production ou le message est transformé en un produit médiatique et aussi la phase de distribution a grande échelle. “Le créateur du message peut être différent du producteur du message. Il peut arriver que le producteur soit différent du créateur du message” d’après le constat de Léonce Gamai. Dans le contexte africain, il est important de connaître les facettes des fake news en Afrique de l’Ouest parceque les concepts politique socio-économique ne sont pas les mêmes. C’est l’intérêt du travail aborder par le CDD.
Plusieurs idées sont jumelées pour travailler à lutter contre les fake news et les grands pionniers sont ces acteurs de nos médias locaux tels que Banouto… “Le fatcheking c’est la pratique de lutte contre les fake news au Bénin Banouto s’est positionné comme un acteur majeur comme un pionnier du fatcheking au Bénin. Après il y a eu d’autres initiatives je pense depuis quelques mois il y a La Nation qui fait aussi de fatcheking. Il y a une radio comme CappFm qui fait le fatcheking, il y a Fraternité FM à Parakou qui fait le fatcheking il y a beaucoup de formation d’initiation dans les médias en Fati king” à déclaré Léonce GAMAI, Président de REPROMED. Et pour remédier, il convient de se contrôler face à la gestion des difficultés de désintoxication. Ces propos émanent des responsables de ……”A l’attention des médias en ligne, la production de fake news a coïncidé avec l’augmentation du taux de de pénétration de l’Internet. Ce qui fait que tout ce qui est diffusé sur les réseaux sociaux ou sur Internet est faux. Pour continuer à être pionnier des informations crédible il faut se démarquer les médias en ligne doivent faire la lutte contre la désinformation nous sommes la pour déconstruire les informations malveillantes”.
À cet effet il convient que les médias en ligne puissent agir dans le sens de la vérification des informations avant publication. “Les médias en ligne en doivent travailler à ce qu’on fasse une démarcation entre les médias en ligne et les fake news. Il faut que les médias s’assure de la véracité des informations avant diffusion parce que lorsque vous appuyez sur diffusé le rattrapage et vraiment difficile”.
La thématique ainsi abordée par ce numéro 344 de Café Médias Plus va sans nul doute porter ses fruits incessamment.

M.M