Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Jean-Louis Noumahangnan, un parcours atypique : Le spécialiste des tirs au but

Des Dragons à la JS Ténéré, l’homme était applaudi. Surtout sur les tirs au but, il était décisif. Au début des années 80 à 95, l’homme était intraitable dans sa cage. Ce natif de Comé a fait aussi ses beaux jours en équipe nationale. Son nom, c’est le redoutable Jean-Louis Noumahangnan !!! Retour sur le parcours d’un gardien de but exceptionnel.

Né le 25 août 1964, Jean-Louis Noumahangnan est originaire d’Agoutomey dans la commune de Comé. Monument du football béninois, référence aux Dragons, il a commencé le football à l’Académie du ministère des sports dirigée par François Kouyami dans les années 77. Il a donc suivi le long processus du parcours de combattant (commune, district et province). Cadet, il fut surclassé junior et a livré son premier match en tant que gardien titulaire de l’Académie, contre Baby Sugars. Match que son club remporta sur le score de 2-0. Ainsi commence une autre aventure. En 1982, il va rejoindre le club le plus titré du Bénin Dragons FC de l’Ouémé. Et ce sera le début d’une carrière tres riche. Là, il passera 13 ans de 82 à 95. Mais 7 ans de capitanat. Soit 88 à 95 avant de rejoindre la JS Ténéré du Niger. Là encore une autre aventure commencera pour le fils de la cité des Watchi. Mais avant précisons que pour son premier match avec les Dragons, c’était un classico béninois Dragons vs Requins. Match au cours duquel, pour des problèmes avec le public des Aïnonvi, Mesmin Koukoui qui était titulaire, n’a pas été aligné ce jour. C’est ainsi que le jeune junior Noumahangnan fut titularisé. Sa titularisation aussi a fait de remous au sein des dirigeants dont feu Gbadamassi et autres, ont menacé le coach Krivits Thomas. En cas de défaite, cela coûtera le post au coach. Mais ce dernier, très confiant, a pris cette responsabilité a laissé entendre Jean-Louis Noumahangnan. À la fin de cette rencontre, Dragons gagne le match sur le score de 2-0. C’était un grand spectacle ce jour. Avec les Dragons, il sera champion 5 fois. 83, 86, 89, 93 et 94. 6 coupes du Bénin, 85, 86, 87, 90, 91 et en 92 et va participer à plusieurs compétitions africaines, la ligue des champions en 84, Coupe de la CAF en 85, 86, 87 et 92.

Alors au Niger, pendant 6 ans, avec la JS Ténéré, le petit fils de Togbé Akati, sera finaliste de la coupe du Niger en 1996. Cette année, il n’y avait pas de championnat. 97, il sera vice champion et vainqueur de la coupe du Niger. Finaliste de la coupe Ufoa face à Ghapoha de Tema (Ghana) dans la même année. 98 vice champion et encore vainqueur de la coupe du Niger. Finaliste encore à la coupe de l’Ufoa face aux Shooting Stars du Nigeria. 1999, vice champion et vainqueur de la coupe nationale du Niger. 2000, il fera un doublé avec son club, championnat et coupe. Après 6 ans à la JS Ténéré, il sera élu 3 fois meilleures joueuses étrangères, 97, 98 et 99.

En 97 alors qu’il etait au sommet de son art, son club JS Ténéré devrait rencontrer les Dragons dans le cadre de la coupe CAF. À quelques jours du match, une histoire de sabotage contre sa personne s’est déclenchée. À la manette de cette médisance se retrouvent encore ses compatriotes vivant dans ce pays. Comme quoi, Dragons est son ancien club, il aurait été corrompu par les dirigeants de Dragons en son temps pour que les portonoviens gagnent leur match à domicile. Alors Noumahangnan prend une décision fatale. Il ne sera pas de l’expédition. Il a fallu une réunion de crise dirigée par le ministre des sports nigérien avant que la situation ne soit décantée. Il sera finalement de la délégation. Il va conduire son équipe à Cotonou. Le dimanche 30 juin. La délégation est logée à l’hôtel de l’amitié. Après une semaine d’acclimatation, le match va se jouer ce soir du dimanche 6 juillet à 16h au stade Charles de Gaulle de Porto-Novo. L’ambiance était surchauffée, les joueurs gonflés à bloc. En son temps, le doyen Fsp titrait dans la page sport du Quotidien Le Matin, “Le Dragon contre les Dragons”. Alors le match démarra avec un public fou. Le stade plein à craquer. Une rencontre très serrée qui ne donnera vainqueur ni vaincu dans les premières 45 minutes. À la seconde mi-temps, les Dragons bénéficient d’un penalty. Jean-Louis ira dire au tireur qu’il va l’arrêter. C’était un grand challenge. Et vraiment il dévia le penalty de Moustapha Agnidé en corner. Le match se poursuit et la JS Ténéré aussi bénéficiera d’un penalty. Alors Jean-Louis se dirige vers la balle. Tout le stade avait peur. Arrivé au niveau du rond centrale, une voix résonna dans le public. “Jean-Louis, rappelle-toi que tu joues contre ton pays” en langue Goun. Un cri qui lui donne la chair de poule. Il se retourna et laisse un de ses coéquipiers jouer le penalty. Malheureusement il va rater. A 0 but partout, le match se poursuit. C’est finalement à la 68 ème minute du jeu, que Fayçal Chabi délivrera le public. 1-0 pour les Dragons. Le score restera ainsi. Et au match retour au Niger, JS Ténéré aussi remportera la partie sur le même score. Il fallait recourir aux épreuves fatidiques des tirs au but. Le connaissant spécialiste de cette partie, la panique gagna tous les Dragons. Il leur dira, qu’il va arrêter les penaltys de ses anciens coéquipiers. Ainsi, le fils de Comé va tenir parole. Aucun joueur des Dragons n’a pu marquer le moindre. À 3-0. Il gagne son pari. Il faut dire qu’en son temps, c’était Rachad Chitou qui était dans les cages des Oranges et Noirs.

En équipe nationale il aura 30 sélections selon ses dires. Au total il fait 23 ans de carrière avec plus de 800 matches toutes compétitions confondues avant de raccrocher en 2001. Actuellement l’homme est le coach des gardiens des Dragons. Bien qu’étant de Comé, Porto Novo est une grande partie de l’homme.

Source : EXTERNE