Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Tribune / Dénonciations troublantes sur la pandémie du covid19 : La société savante africaine esquive le débat

Aussi curieux que cela soit, des voix s’élèvent depuis la surmédiatisation de la pandémie du coronavirus pour mettre en évidence le plan caché d’une organisation nébuleuse pour contrôler le monde. Ces dénonciateurs des lanceurs d’alerte qui s’expriment à visage découvert à travers des vidéos qu’ils postent sur les réseaux sociaux, expliquent les sentiers obscurs que poursuit l’apparition subite de cette pandémie.

Parmi les informations troublantes, il y a le fait que l’instauration des mesures barrières et le confinement, soit utilisé comme un ballon d’essai pour s’assurer de la possibilité de soumettre la planète entière à une prescription donnée. D’où l’idée d’un gouvernement mondial en téléchargement.

Les dénonciateurs expliquent que la surmédiatisation de la pandémie et le matraquage médiatique qui surfe sur des prédictions apocalyptiques et des statistiques quotidiennes sur les nombre impressionnant de cas de contaminés et de décès, visent à installer la peur et à préparer les esprits à accepter le vaccin une fois qu’il sera annoncé découvert.

Et c’est justement autour du vaccin, soutiennent-ils que se trouvent le piège. Il s’agira de faire vacciner les 7 milliards de citoyens du monde et par ce canal, réussir à installer dans le corps de toute personne vaccinée, une puce qui permettra de contrôler tous les gestes et mouvements de chaque individu. Ce sera également au moyen de cette puce que toute opération de banque et de commerce en ligne qui deviendra la panacée, seront rendues possible.

L’autre objectif du Covid19 non avoué aux Africains et révélé par les lanceurs d’alerte est de réduire considérablement la population africaine. Et à propos, une campagne d’acharnement d’un bon nombre de personnalités est organisée depuis une dizaine d’années maintenant. Elle consiste à présenter l’Afrique comme un continent très peuplé juste avec son milliard d’habitants sur les sept que compte la planète.

Grande curiosité pour ce continent de 30 millions de km2 soit trois fois la superficie de l’Europe, qui ne compte qu’un milliard d’habitants pendant que trois États du seul continent asiatique compte chacun plus d’un milliard. Il s’agit de la Chine, de l’Inde et de l’Indonésie. Qu’est ce qui peut donc justifier cet acharnement contre la démographique en Afrique.

Les experts expliquent que les études ont démontré que l’Afrique est le contient où la population est majoritairement jeune. Une jeunesse qui est synonyme de force de travail, d’inventivité, de réveil, de révolution, de dynamisme et donc de concurrence à long terme pour les grandes puissances. Ceux qui veulent soumettre le monde se rappellent que le boom démographique de la Chine qui avait été présenté comme un facteur d’appauvrissement s’est révélé aujourd’hui être un précieux moyen d’enrichissement.

Il n’est pas question de laisser aussi le continent africain avec sa population majoritairement constituée de jeunes, devenir dans l’avenir un souci pour les maîtres du monde. Le plan est de garder l’Afrique avec ses matières premières, comme la mamelle nourricière de la planète tout en y maintenant la misère à travers le processus continue de la dette et ses effets induits, la guerre et les instabilités sociopolitiques.

Ces dénonciations bien que diffusées à travers les réseaux sociaux qui connaissent une forte pénétration sur le continent, ne trouvent malheureusement pas d’audience dans les débats publics encore mois dans les médias. D’ailleurs, le concept de théorie du complot forgé en occident est repris sur le continent par les collaborateurs de la nébuleuse pour balayer d’un revers de la main toutes sortes de dénonciations qui devraient à défaut d’être prises pour de la vérité, mais à tout le moins alimenter le débat public.

Les décès subites en 2019 et 2020 des chercheurs congolais et gabonais qui ont trouvé des thérapies crédibles pour soigner le Sida pour l’un et le paludisme pour l’autre, ont laissé indifférente la communauté africaine. Aucun débat sur les bailleurs de fonds qui n’ont pas d’autres solutions à proposer aux Etats du contient que le service de la dette auquel nos dirigeants se livrent à cœur joie. Ces débats qui devraient être ceux de la société savante en Afrique par des menus fretins.

Les professeurs, docteurs et experts sur tous les domaines et sur toutes les questions se multiplient à une vitesse de fusée sur le continent. Ces doctes et savants parlent de tout avec arrogance et assurance intellectuelle sauf des sujets qui doivent permettre à l’Afrique de s’émanciper, de sortir de la cécité intellectuelle à travers des programmes d’enseignement qui encouragent la restitution des savoirs reçues plutôt que d’apprendre à raisonner par soi-même.

Par Eyangoh Ekolle

Le Journal de NOTRE EPOQUE