Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Salubrité dans la ville de Cotonou: : La Sgds Sa sensibilise les usagers du carrefour Vodjè

La Société de gestion des déchets et de la salubrité du Bénin (Sgds Sa) poursuit sa marche pour l’assainissement des villes du Bénin. Le vendredi 22 juillet, elle a organisé sous la direction des superviseurs Babylas Davi et Pierre Dossa, une campagne de sensibilisation au carrefour Vodjè dans le 11eme arrondissement de Cotonou. L’activité a été soutenue par le deuxième adjoint au maire de la ville Gatien Adjagboni.

Le choix du carrefour Vodjè pour cette campagne de sensibilisation n’est pas anodin. Le lieu est reconnu selon Pierre Dossa pour la densité de son trafic. ” On a choisi ce quartier pour mieux toucher les usagers de la route ” a-t-il justifié. Le but est d’inciter « les Zémidjans, les riverains, les commerçants, les piétons, les conducteurs et autres usagers, à changer de comportements pour faire des voies, des espaces propres » a ajouté Pierre Dossa. De manière stratégique, cette campagne vise à mettre fin à l’insalubrité des voies précisément des chaussées, trottoirs et des caniveaux d’eau pluviale. « Un équivalent habitant produit 60 litres de déchets liquides et 0,6 kilogramme de déchets solides. Ce qui fait que les 12 614 586 Béninois que nous sommes, nous produisons 756 875 160 litres de déchets liquides et 7 568 751,6 kilogrammes de déchets par jour » a détaillé Pierre Dossa.

Ces déchets a-t-il indiqué, « proviennent seulement du fait d’aller au marché où bien quand nos motos tombent en panne ; le fait de changer les pièces ou de faire la vidange, etc, ».
Pour mieux gérer ces déchets, la Sgds a implanté des Points d’apport volontaire (Pav) un peu partout dans la ville, pour permettre aux usagers, d’y jeter leurs déchets même en déplacement.

L’initiative a été saluée par les usagers ainsi que le deuxième adjoint au maire de Cotonou présent aux côtés des agents tout au long de l’activité. Pour Gatien Adjagboni, au-delà des investissements que le gouvernement fait pour l’assainissement de la ville, « nous avons le devoir de prendre le relai à la base et de sensibiliser les populations parce que tout investissement sans la sensibilisation ne donnera rien. Nous avons opté pour la sensibilisation et non pour la répression ».

Le mot d’ordre est donc que clair. « Plus de déchets sur les voies publiques, plus de déchets dans les collecteurs d’eau pluviale » a lancé Gatien Adjagboni.

Pour l’assainissement des villes du Bénin, la Société de gestion des déchets du Bénin organise régulièrement des campagnes de sensibilisation et de salubrité. Endroits ciblés, « les carrefours, les ménages et les lieux publics pour sensibiliser la grande masse » a souligné Babylas Davi, superviseur à la Sgds. Même si l’objectif n’est pas encore atteint, il se réjouit du fait que les populations aient commencé par comprendre progressivement l’enjeu.

Raymond FALADE