Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Célébration du 8 mars 2020 aux femmes de Natitingou et d'Adjarra : La JCI Cotonou la Doyenne initie des tests de dépistage de deux cancers

L’édition 2020 de la célébration de la journée internationale du droit des femmes a permise, l’occasion d’une activité de la Jeune chambre internationale Cotonou la doyenne de faire l’un de ses projets lié au 8 mars. L’activité a constitué au dépistage du cancer de sein et du col de l’utérus.

Lancée officiellement à Natitingou dans les montagnes de l’Atacora, le projet “Tous unis contre le cancer de sein et du col de l’utérus” de la Jeune chambre internationale Cotonou la doyenne qui s’est déroulé simultané dans la cité des Nanto et à Adjarra. Il a pu être clôturé dans cette commune du département de l’Ouémé quelques jours plutard.

A la cérémonie de lancement, Lydie Koukponou, directrice projet et chef équipe projet “Tous unis contre le cancer de sein et col de l’utérus” à la Jeune chambre internationale Cotonou la doyenne a souligné que ce projet a aboutit grâce à un travail acharné de son l’équipe et le soutien des autres membres du club. “Le manque de suivie sanitaire constitue une entrave pour l’épanouissement de la femme. C’est pour ça que depuis 5 ans nous avons initié le projet “Tous unis contre le cancer de sein et col de l’utérus” note Symphorien Adjoha, président 2020 de la Jeune chambre internationale Cotonou la doyenne.

La représente de l’ABPF, a remercié la Jeune chambre internationale Cotonou la doyenne pour avoir pensé à la femme de Natitingou. “La santé est lun des droits de la femme. Et vous avez touché les points sensibles. Les cancers du col de l’utérus et du sein” s’est réjouit Abibath Zime Yerima “En principe aucune femme ne devrait mourir de ces cancers de nos jours parce que le dépistage précoce est là pour aider à vite prendre en charge”a ajouté la représentante de l’ABPF.

Pour, Carine Koussihouedé, sage femme et représentante du préfet de l’Atacora a délivré le message du préfet, lorsqu’on a avec soit des partenaires comme la fondation BOA et des associations comme la JCI on ne peut que réjouir. “Nous souhaiterions que les femmes sortent vraiment pour venir se faire dépister. Ces deux cancers ne sont pas des fatalités lorsqu’ils sont détectés très tôt” a-t-elle martelé.