Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Menaces sur le processus électoral  : Hounkpè met en garde Talon et les institutions

Le secrétaire exécutif national du parti-Fcbe ( Force cauris pour un Bénin émergent), Paul Hounkpè, était très menaçant, ce mercredi 17 février 2021 au siège de son parti à Cotonou. Dans une déclaration très acerbe, il n’est pas allé du dos de la cuillère pour mettre en garde le chef de l’État, Patrice Talon, et les autres chefs institutions de la République impliqués dans le processus électoral. L’opposition aussi a eu sa dose de récriminations. << Pas d’arrêt du processus électoral>>, a-t-il lancé à l’endroit du président de la République. Selon ses propos, sa formation politique est le seul parti d’opposition régulièrement enregistré dont le duo est qualifié pour participer au premier tour de la prochaine élection présidentielle au Bénin. << Nous avons fait tout de notre pouvoir pour remplir les conditions de participation à ce scrutin. Aujourd’hui, nous avons toutes les chances de remporter les élections. En plus, les ressources de l’État sont déjà engagées dans le processus électoral. On ne doit pas les gaspiller….>>, a fait savoir Paul Hounkpè visiblement très furieux contre tout blocage de ladite élection qui lui parvient. Pour le conférencier, le président Patrice Talon est garant du respect de la Constitution et de toutes les lois. Poursuivant sa déclaration, le chef de file des Fcbe a appelé les institutions de la République notamment la Commission électorale nationale autonome et la Cour constitutionnelle à jouer pleinement leur rôle pour la tenue effective et transparente du scrutin.

Par ailleurs, Paul Hounkpè n’a pas fait de cadeau au professeur Joël Aïvo qui a traité les concurrents de Talon à cette élection de menus fretins. << Nous ne sommes pas de menus fretins. Nous avons l’expérience des élections. Notre base électorale est connue de tous. Ceux qui parlent, n’ont jamais participé à un scrutin. C’est eux qui n’ont pas de base….>>, a-t-il martelé. Pour Paul Hounkpè, les autres candidats recalés devraient se joindre à son camp pour battre le chef de l’État à cette élection, surtout qu’ils affirment que tout candidat de l’opposition peut créer la surprise. << Pas de diversion. Mettons-nous ensemble pour la victoire…>>, a exhorté le conférencier.

Les Fcbe soutiennent que l’arrêt du processus électoral signifie donner plus de 45 jours de bonus pour le président Patrice Talon. Donc, Paul Hounkpè estime que personne ne doit commettre cette erreur à l’étape actuelle du débat politique.

Jules Yaovi Maoussi

 

+PDF CM