Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

SPORT/ENTRETIEN AVEC YAYA MOUSTAPHA :  : “Soutenez nos arbitres parce que c’est eux qui sont les portes flambeaux du Bénin à l’extérieur” dixit Yaya Moustapha,  instructeur physique des arbitres au Bénin

Déjà  près de huit mois que le monde sportif béninois est  dans l’attente d’une éventuelle levée de suspension du  gouvernement béninois suite à l’interdiction des activités sportives due à la pandémie mondiale dénommé: Coronavirus qui sévit dans le monde. En prélude à cette reprise, Moustapha Yaya, instructeur physique des arbitres et membre de la commission des arbitres au niveau de la Fédération béninoise de football, revient dans cet entretien accorder  à  notre quotidien sur comment les arbitres béninois  se préparent pour une bonne reprise à la compétition.

Pendant cette période où la pandémie de covid 19 bat son plein, nous vous avons vu très proches des hommes en noir dites nous pourquoi cette proximité ?

Les hommes en noir ce sont les arbitres et ils ne doivent pas rester en marge de cela ; ce n’est pas parce qu’il y a Covid-19 qu’ils ne doivent pas maintenir leur condition physique. Étant donné que je suis un instructeur physique j’ai l’obligation de faire le suivi parce que ce n’est pas quand les mesures seront levées qu’on va maintenant recommencer le travail et on aura des arbitres ventrues ou incapables de faire tout ce que la Fédération demandera ou tout ce que la CAF ou la FIFA leur demandera ; donc moi je suis proche d’eux tout le temps pour leur suivie physique.

 

Le suivi a constitué en quoi ?

Le suivi a consisté en des activités sportives et physiques pour maintenir leur condition parce que le rythme à changer bien sûr mais ces séances leur permettront de garder la forme. Donc, dès qu’une levée sur le plan national de la CAF ou de la FIFA sera prononcé ils pourront être apte après un mois de travail et pourront retrouver leur forme de départ d’avant Covid-19.

 

Pendant le confinement on a vu que après les séances physiques,  les arbitres béninois ont été soumis à un test. Parlez-nous un peu de cela ?

Vous savez la FIFA a demandé à avoir un peu le suivi des arbitres sur le plan international et c’est dans tous les pays du monde entier trois mois après le Covid-19. La FIFA a eu besoin de connaître le niveau physique de tous ses arbitres dont il a la charge, c’est pour cela qu’ils nous ont demandé un protocole de suivi pour eux. Dans ce protocole donc il y a eu plusieurs tests, les tests physiques statique et dynamique ; statique des exercices à faire sur place avec des baromètres de performance à inscrire dans le tableau préétabli par la FIFA. Le test dynamique ça constitue au test yoyo, Level one qu’ils ont eu à faire et tout ça a été réalisé en préparation au stage MA que les arbitres ont eu à faire. Dernièrement les résultats de toutes ses activités sportives et physiques qui ont été mené ont été envoyé à la FIFA.

 

Parlons maintenant du stage MA qu’est-ce qui a été l’objet réellement de ce stage parce que normalement vous organisez un tel stage de façon physique avec les arbitres mais Covid-19 oblige comment cela s’est passé ?

Oui comme vous l’avez dit dans tous les pays cela s’est passé en ligne à part le test physique par contre qui ne l’était pas. Tout ce qui est technique était en ligne avec les instructeurs de la FIFA et de la CAF qui ont fait des cours en ligne à nos arbitres. Ils ont fait des évaluations également en ligne durant ces quelques jours de cours. Au niveau physique tout ce qu’on a eu à faire les résultats ont été exposés lors de ses cours en ligne ce qui a été corrigé par l’instructeur de la FIFA en la personne de Anachy Boubacar qui à donner quelques conseils aux arbitres après le résultat que le Bénin a eu envoyé en terme physique de nos arbitres FIFA et fédéraux qui ont participé à ses cours MA. C’est ainsi qu’avec ses résultats on a continué le travail pour pouvoir aboutir au test physique pour la nouvelle liste.

 

Quelle appréciation avez-vous du travail que vous avez effectué avec ces hommes en noir ?

Le travail qui a été fait est positif en thème de ce que nous savons. C’est seulement au niveau d’un ou deux qu’on n’a pas pu avoir les résultats cela ne veut pas dire que le résultat est négatif. Nous avons eu au moins 95 % de satisfaction au niveau des tests et tout ce qu’on a eu à réaliser. Les petites corrections ont été apporté par Anachy, comme je l’ai dit tout à l’heure, je vous ai dit aussi qu’on a réussi au moins à atteindre les baromètres de la FIFA et le travail doit aussi continuer. C’est ce que l’instructeur a demandé afin que dès la reprise des compétitions sur le plan continental, les arbitres soient aptes à reprendre avec ses différentes compétitions. D’ailleurs, bientôt certains seront  au front au niveau de la CAF puisqu’ il y a des matchs qui avait été reporté et ces matchs vont donc recommencer en novembre avec les troisièmes et quatrièmes journées des éliminatoires de la CAN Cameroun, et pour ce fait des arbitres béninois ont été déjà confirmé dans ce sens.

Un mot pour conclure ?

Je vous remercie pour cette considération que vous avez à l’endroit des hommes en noir. Je vous demanderai de juste soutenir notre corporation parce que vous savez vous-même que ce n’est pas facile. Aucune œuvre humaine n’est parfaite, on aura des petits crocs-en-jambe. Je n’en disconviens pas, mais soutenez toujours les actions que nous menons parce que les arbitres béninois ne représentent pas leur famille, leurs parents ou leurs amis encore moins mais il présente le Bénin. Soutenez nos arbitres parce que c’est eux qui sont les portes flambeaux du Bénin à l’extérieur, soutenez-les pour que nous puissions avoir des grands arbitres au niveau de la Coupe d’Afrique des Nations prochainement pourquoi pas.

Propos recueillis et transcrits par Flavien Atchadé