Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Réseaux sociaux, la télévision et les enfants : : «…En dehors des heures passées au service, le reste est passé soit sur Facebook, ou WhatsApp, dans ces contextes, ils n’arrivent plus à observer leurs enfants, Ils n’arrivent plus à discuter avec eux…»observe Simplice GOUDOU, Psychologue du Travail et des Organisations.

Grâce aux réseaux sociaux, on découvre aujourd’hui certaines réalités qui choquent plus d’un. De ces réalités, les plus préoccupantes sont la dépravation et les dérapages observés chez les adolescents. Drogue, chicha, cigarettes, prostitution à haute dose sont devenus le quotidien de beaucoup d’adolescents. Quelle est la responsabilité des parents dans cette attitude irresponsable des adolescents. Que peut faire le parent pour éviter que l’adolescent ne dévie. Nous en parlons avec Simplice GOUDOU, Psychologue du Travail et des Organisations. Administrateur en gestion des projets et Développement Local. Consultant-Formateur (Thérapie de couple et
Merci à vous Madame pour cette opportunité que vous m’offrez d’aborder cette question de la jeunesse qui est une période de la confrontation aux inégalités sociales.
A quoi peut-on’ imputer cette attitude de laisser aller chez les adolescents
En général, on peut attribuer cela à la crise de la puberté qui amène le jeune dans sa curiosité à faire des découvertes. Certains jeunes reçoivent une éducation moins bonne et d’autres le font par suivisme : l’insouciance et la non prise de conscience aidant. On peut dire que, le fait que certains parents ne réagissent pas en voyant leurs enfants dans ces situations les encourage à continuer. Et certains parents vivent dans ces modèles de vie devant les enfants (des parents consomment même les chicha électroniques, d’autres fument devant leurs enfants ; et le pire, c’est que certaines filles sont même des commissionnaires pour leur papa, à l’endroit de leurs maîtresses).
Pensez-vous que les parents continuent de bien jouer leurs rôles d’éducateurs et de modèles
Bien de parents exercent leurs autorités et leurs responsabilités de manière convenable. En plein cœur de nos communes urbaines, on n’est pas étonné de retrouver encore des jeunes sages et exemplaires. Mais comme je le disais plus hauts, il y a des parents qui sont de moins en mois le prototype de cette sagesse à travers laquelle le jeune doit se mirer et lire les lettres de lumière d’une vie consciente. Certains parents le font mais malgré tout leurs efforts, les enfants sombrent dans la mauvaise voie avec les fréquentations non conseillées. D’autres parents ont démissionné et ne s’occupent plus du bien-être physique, mental, affectif, matériel, financier et spirituel de leur enfants. Des mères et des pères poussent le fruit de leur amour à la débauche. A la recherche permanente du gain ; on oublie l’essentiel. La désacralisation du mariage, la détérioration des conditions économiques et l’aggravation du niveau de pauvreté détournent davantage l’attention des parents vers la recherche de l’argent.
3. Les réseaux sociaux, la télévision … Influencent négativement les enfants ,que peut-on faire face à ça ?
La télévision n’influence pas forcément négativement, car il y a parfois des émissions éducatives. Mais malheureusement la plupart des enfants ne suivent pas et préfèrent des émissions de divertissement qui ne sont pas forcément adaptées à leurs âges. Comme les adolescents, certains parents sont très attachés aux réseaux sociaux. Les parents passent parfois plus de temps sur les réseaux sociaux qu’avec leurs enfants. Quand nous prenons les parents travailleurs ou fonctionnaires, la plupart d’entre eux sont émotionnellement absents. En dehors des heures passées au service, le reste est passé soit sur Facebook, ou WhatsApp. Dans ces contextes, ils n’arrivent plus à observer leurs enfants, Ils n’arrivent plus à discuter avec eux, c’est pourquoi l’adolescent se prend en charge lui même malgré son immaturité. Ce qui explique les comportements déviants. Pour y remédier, il faut la présence des parents dans les instants télévisuels et discuter avec les enfants. Mettre des verrous non décodables sur les chaînes à caractère non éducatif.
4. Comment les parents doivent éduquer les enfants aujourd’hui ?
Comment éduquer son enfant aujourd’hui ? Il faut d’abord que chaque parent sache que son enfant est un livre ambulant dans lequel, on peut lire l’histoire de sa vie. L’éducation est un domaine d’étude et on ne finit jamais d’apprendre. Il faut être « une guidance » pour son enfant et maîtriser les différentes étapes de développement de la personnalité d’un homme. Le secret de cette méthode d’assistance aux enfants est l’écoute active et la communication non violente, pour comprendre ce qui se passe en eux. Devenir leur ami, leur confident ; et être présent pour eux dans la joie et dans la tristesse. Il faut éduquer par l’exemple. Ex: Ne dites pas à votre enfant d’aller lire, commencez à lire avec lui pour lui donner le goût de la lecture. Il urge alors de suivre des formations ou participer à des ateliers sur la question. L’essor des réseaux sociaux aujourd’hui rend complexe l’éducation des enfants.
5. Il est très difficile pour les parents de faire appel à un psychologue même quand ils remarquent que l’enfant a vraiment besoin d’aide. En tant que psychologue expliquez-le bien fondé d’un suivi aux parents.
Cette demande ou question me fait sourire, car l’homme est un tout. La prise en charge psychologique, affective, émotionnelle restent en Afrique le parent pauvre des soins qu’il faut prodiguer à un homme, et le Psychologue en est le spécialiste. Le « Psukhê » est immatériel et notre culture a plus foi aux gris-gris, marabout, ou à la prière. Je ne rejette pas l’aspect cultuel, culturel et religieux qui est très important dans la prise en charge. Il faut comprendre que la prise en charge d’un jeune ; d’un enfant, et même d’un adulte, doit être systémique, holistique. Si une partie des capitaux humains manque à être renforcé, c’est l’homme intégral qui en souffre. La thérapie de couple ou de famille permet à chacun de se découvrir et de redécouvrir l’autre pour son bonheur. La mission du psychologue, est d’amener chacun à se connaître, à connaître l’autre, afin que la vie à la maison soit harmonieuse et reflète la cohésion. Il ne sert à rien d’acheter des médicaments pour des problèmes psychologiques. Quand l’état émotionnel prend un coup, les belles maisons, les voitures et tout ce qui donne l’apparence de bonheur sont inutiles.
Entrevue réalisée par KarimathFoumilayo LAWANI.
Présidente de l’ONG Eduquons Autrement.