Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Coronavirus : des volontaires vont être infectés par le virus en échange de 4600 dollars

4600 dollars pour des volontaires qui accepteront de se laisser infecter par le Coronavirus, en vue de tests.

Alors que la recherche pour un vaccin contre le coronavirus se poursuit, un laboratoire londonien propose d’infecter des volontaires en échange de 4 600 dollars.

Le magazine The Times rapporte que les volontaires devront prendre deux semaines de congés et se verront interdire tout contact physique avec le monde extérieur.

Selon des rapports, jusqu’à 24 personnes à la fois seront payées pour être infectées par le COVID-19.

Hvivo, une entreprise qui gère une unité de quarantaine dans un laboratoire de l’est de Londres, est l’une des 20 sociétés et organisations du secteur public qui participent à l’effort mondial de développement d’un vaccin.

Daily Star note que les volontaires seront infectés avec deux souches communes – mais beaucoup moins virulents – du virus qui a tué plus de 3 800 personnes (et trois au Royaume-Uni).

Ces souches, connues sous les noms de 0C43 et 229E, sont censées provoquer des symptômes respiratoires très légers. On espère que si un vaccin peut être mis au point pour combattre ces souches moins virulents, il pourrait également s’attaquer au COVID-19.

Toute personne participant à la recherche peut s’attendre à ce que son alimentation soit restreinte et à ce que les médicaments les plus efficaces soient alors utilisés sur elle.

Pour mener en toute sécurité les activités, les infirmières et les médecins porteront des vêtements de protection et utiliseront des ventilateurs lorsqu’ils feront des prélèvements nasaux, des analyses de sang et lorsqu’ils recueilleront les tissus sales infectés par le virus.

Le projet de Hvivo – la société qui possède le laboratoire du Queen Mary BioEnterprises Innovation Centre – doit être approuvé par l’Agence britannique de réglementation des médicaments et des produits de santé avant que les tests puissent commencer.

Hier, le ministère de la santé et de l’aide sociale a confirmé qu’une troisième personne est décédée des suites de coronavirus au Royaume-Uni.

AfrikMag