Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Éliminatoires de la Coupe du Monde Quatar 2022 : Ce que pensent les sportifs de la liste de Michel Dussuyer

Dans le cadre de la double confrontation qui va opposer les écureuils du Bénin à leurs homologues du Madagascar et de la République Démocratique du Congo, pour le compte des éliminatoires de la coupe du monde Quatar 2022, Michel Dussuyer, sélectionneur du Bénin a publié la liste des vingt-quatre joueurs sélectionnés. C’était le mardi 24 août dernier dans les locaux du ministère des sports devant les professionnels des médias. Quels regards portent le public sportif et les acteurs sportifs béninois sur cette liste des joueurs convoqués par le technicien national pour cette double confrontation ? Votre quotidien Notre Époque a interviewé quelques acteurs sportifs pour avoir leurs avis sur la question.


“Le sélectionneur national Michel Dussuyer a fait appel à 24 joueurs. Il faut saluer la venue de Junior Olaitan, qui a montré bien des promesses au cours du Super ligue pro et lors du dernier match amical entre la sélection A’ du Bénin et celle du Togo. Mais voilà ! Cette liste nous laisse un peu sous notre faim. J’aurais aimé un rajeunissement de l’effectif. C’est vrai il y a Junior Olaitan, Bourou Samadou et autres jeunes. Mais, on aurait aimé plus de concurrences à tous les postes. On aurait aimé par exemple que Michaël Poté ne soit pas appelé. Il a tant donné à la sélection et personne ne dira le contraire. Mais, il est tant qu’on commence par se passer de lui. Pour moi, le but du Bénin lors de ces éliminatoires du mondial 2022 devrait être de reconstruire l’équipe, se servir de ces rencontres pour recomposer une équipe compétitive. Et pour cela, il faut de nouveaux joueurs, faire confiance aux jeunes. C’est vrai qu’on ne peut pas laisser tomber tous les anciens. Il faut garder quelques cadres. A regarder la liste, on se rend compte que Dussuyer est resté sur ses certitudes, a appelé les joueurs à qui il a toujours fait confiance et a fait venir un nouveau. Il aurait pu choisir aussi d’autres joueurs dans le championnat local ou encore appeler certains joueurs comme Salomon Junior, titulaire avec Enyimba au lieu de Yoan Roche qui peine et est en manque de temps de jeu”.
Arthur Selo, journaliste, Chroniqueur sportif au quotidien Nouvelle Tribune.


“La liste de Michel Dussuyer ? Ce sont des choix qui s’imposent malheureusement. En effet, nous aimerions bien évidemment, avoir de nouvelles têtes, de nouveaux joueurs, de nouveaux talents sur la liste du sélectionneur, mais en réalité, où sont-ils ? Est-ce que le Bénin en dispose réellement ? Je ne dirai pas non, mais je suis sûr que le choix de Dussuyer répond à ses dispositifs tactiques sur le terrain. Parmi les gardiens de but, l’absence de Fabien Farnolle ne m’a pas surpris. Farnolle a su bien maintenir une stabilité à ce poste depuis sa cooptation en sélection nationale en 2012. Malheureusement, il touche déjà à la fin de sa carrière professionnelle, et il faut préparer la relève avec Saturnin ALLAGBE et les plus jeunes.En défense, d’aucuns pourraient crier l’absence de Nabil YAROU, titulaire depuis peu à Eyimba au Nigéria. Cependant, Nabil n’est pas un latéral, c’est plutôt un défenseur central. Et déjà, Dussuyer en a convoqué cinq (05): Adenon, Verdon, Roche, Adilehou, Hountondji. C’est déjà assez pour le même poste. Peu importe ce que dira-t-on, Khaled Adenon reste un défenseur incontournable dans la défense béninoise, vice capitaine de la sélection nationale. C’est un joueur axial qui gagne beaucoup de duels défensifs même si ses erreurs récentes ont marqué négativement tous les béninois. Pour les latéraux Assogba (latéral droit) et Bourou (latéral gauche), il n’y a pas encore de concurrents actifs à leur poste. D’aucuns pourraient penser à Djalilou au poste de latéral gauche, mais je préfère Samadou BOUROU en cette position. Offensivement comme défensivement, Bourou apporte un plus.
En milieu de terrain, je ne trouve pas encore mieux, peut-être que d’autres viendront incessamment tout comme Junior OLAITAN. Cependant, il est tout de même clair pour tous les observateurs du football béninois que Jordan Adéoti ne peut plus jouer 90 minutes avec la même intensité de jeu. Nous avons déjà un jeune Mathéo AHLINVI qui excelle en milieu défensif. Dussuyer doit trouver la stratégie tactique pour faire jouer le milieu de terrain afin d’apporter un plus à l’attaque. Sinon, la liaison entre les milieux et les attaquants béninois n’est toujours pas parfaite.
Maintenant, c’est en attaque que je méconnais la présence de Désiré AZANKPO. Attendez, le football, surtout la sélection nationale ne marchande pas le passé d’un joueur. Désiré n’apporte pas grande chose à la sélection nationale du Bénin. Je pense qu’il est effectivement temps qu’on pense à la concurrence en attaque avec d’autres jeunes comme Mama Souraka, Samson, Andréas Hountondji dont les négociations seraient déjà en cours. L’attaque béninoise doit être plus redynamiser”.
Koffi Albert ADANDJI, Journaliste sportif à TALENT+ SPORTS.


“Pour moi Dussuyer a fait les meilleurs choix du moment…juste qu’en défense il pouvait faire appel à Yarou Nabil qui fait une bonne saison avec Eyimba au Nigeria à la place de Doremus.
Amine Mekire, Acteur sportif et président de Recrutement des joueurs à Takunin fc.


“Aucune surprise sur la liste quand on connaît Michel Dussuyer.
C’est un entraîneur qui n’a pas le goût du risque. Il fait confiance à ceux qu’il connait et qu’il a déjà utilisé. C’est cela qui fait dire qu’il prend les mêmes et recommence. Il aurait pu convoquer une pré liste depuis pour finir par retenir les 24. Et là, il pourra essayer les jeunes .en entraînement. Avec ça, moi je crains l’avenir. Quand ceux là ne seront pas là, qu’est ce qu’il fera? Des joueurs sont finissants dans le groupe. Certains n’en ont plus dans les tibias. Il faut commencer à étoffer le groupe avec de jeunes joueurs. Si non, la relève aura du mal à se mettre en place. Mais au delà de tout, il va falloir comprendre le technicien. Ce sont les meilleurs du moment, ceux qui sont à un niveau pour être appelés en équipe nationale A. Croisons les doigts. Croyons en eux même si l’espoir du mondial Qatar 2022 est mince”.
Prosper VONDJEHOUNKO journaliste sportif à la radio Capp fm.


“Sans surprise, Michel Dussuyer n’a pas renouvelé le personnel ayant un titre foncier au sein de l’équipe nationale. Le sélectionneur des Écureuils reprend cette campagne avec les mêmes joueurs qu’il utilise depuis la Coupe d’Afrique des Nations Égypte 2019. Éliminés aux portes du Cameroun par un petit poucet, la Sierra Léone, le chemin pour Qatar 2022 est parsemé d’embûches pour cette équipe mise à qui à Conakry et qui pourrait faire de la prose sans le savoir lors de ces éliminatoires. Mais la bondée, c’est lorsque le sélectionneur donne l’impression que certains joueurs ont pignon sur rue au sein de l’équipe A. En dehors de Junior Olaïtan, joueur d’Ayéma Fc qui reste la nouvelle recrue, tous les autres ont été appelés au moins une fois même si certains y vont pour servir de faire-valoir. Et le sélectionneur semble s’en moquer de sa première chemise. En réalité, Michel Dussuyer devrait encourager la concurrence aux différents postes afin de fouetter un certain égo chez les joueurs. Sélectionner des joueurs en équipe nationale devrait être pour lui un choix cornélien, un casse-tête. Malheureusement, le technicien français des Écureuils du Bénin ne veut pas quitter ses clichés et porte son choix sur certains joueurs qui n’arrivent pas à sortir la tête de l’eau. C’est humain, il doit avoir ses affinités pour certains joueurs. Cependant, il devrait donner les mêmes chances à d’autres. A titre illustratif, entre un Nabil Yarou titulaire et qui a plusieurs journées dans les jambes avec Eyimba au Nigeria et un certain Yohan Roche qui n’a joué qu’un bout de match avant sa convocation en équipe nationale, on n’a pas besoin de se creuser la cervelle. A chaque regroupement, Michel Dussuyer ne cesse d’ouvrir la boîte à pandore qui pèse comme un âne mort à l’équipe en capilotade. Le Bénin est en fin de saison. Pourtant, le meilleur buteur du championnat qui reste le baromètre au plan local, n’est pas appelé en équipe nationale dont le ratio est moins d’un but par match. Pour éviter que l’équipe ne tombe encore en rideau lors de ces éliminatoires, Michel Dussuyer doit éviter de brûler la chandelle par les deux bouts. Peut-être que le Bénin ne pourra pas se tirer d’affaire dans ce groupe pour décrocher le sésame pour le dernier tour. Néanmoins, il aurait eu le mérite d’avoir une équipe bien rodée avec de nouveaux joueurs qui vont acquérir de l’expérience. Il ne servirait à rien de maintenir ad vitam aeternam des joueurs déjà sclérosés pour bouffer par la suite des briques. Et Michel Dussuyer doit en avoir gros sur la patate car, « Les hommes ont tout perfectionné sauf les hommes » enseigne un proverbe américain.
Ambroise ZINSOU, Chroniqueur et Journaliste Sportif

Signalons que cette double confrontation des poulains du coach Michel Dussuyer entre dans le cadre des première et deuxième journées des éliminatoires de la Coupe du monde Qatar 2022 et que le Bénin joue le Madagascar le 2 septembre prochain et la République Démocratique du Congo le 6 septembre à Cotonou.
F. A