Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Journées FIFA/: Analyse de la liste de Moussa Latoundji : Ce que pensent les chroniqueurs sportifs

Le Sélectionneur national par intérim, Moussa Latoundji, a procédé le lundi 14 mars 2022 à la publication de la liste des joueurs convoqués pour prendre part aux rencontres des journées FIFA du mois de Mars. Sur cette liste de vingt-trois joueurs convoqués, outre la présence de certains cadres de la sélection nationale comme : Olivier Verdon, Allagbé Saturnin, et Khaled Adénon, on note que Moussa Latoundji a fait confiance à de nouvelles têtes: Agbégninou Guillaume, Tijani Mohamed, Tchibozo Josué et Tosin Aiyegun afin de les essayer pour ces différentes rencontres. Que pensent certaines personnes du monde sportif de la première liste de Moussa Latoundji, nommé sélectionneur national par intérim en remplacement de Michel Dussuyer pour ces trois rencontres? Votre quotidien Notre Époque vous livre quelques avis . Lisez plutôt……..

“Nous avons tous été mis au parfum de la publication de la toute première liste de Moussa Latoundji, liste qui était très attendue. Des notes de satisfaction avec les nouvelles entrées, des entrées qui apporteront du sang neuf au niveau de l’effectif. Outre ses neo-apports, on peut sentir au niveau de l’entraîneur l’envie de vouloir donner une nouvelle dynamique à l’équipe en mettant en avant les jeunes joueurs.
Mes attentes ne sont pas totalement comblées. Je trouve qu’il devrait plus durcir le ton avec les joueurs qui n’ont pas de compétition en jambe. Il est quand assez tôt pour apprécier en profondeur ses choix. Il faut déjà voir ce qu’apporteront les nouvelles entrées et leur adoption au groupe. Il a aussi évoqué la question de la compétition au niveau du groupe, il devrait abonder dans ce sens pour éviter que certains joueurs viennent se reposer sous leurs lauriers”.

Gilchrist AYITE (Journaliste Reporter Sportif à Océan FM).

“La liste, de Moussa Latoundji, j’avoue, je suis comblé. Je pensais qu’il allait copier les habitudes du Michel Dussuyer qu’il a eu à côtoyer en tant qu’adjoint depuis 2019. Au fait, nous avons toujours reproché au Français de jouer tous ses matches, même amicaux avec les mêmes joueurs. Mais Moussa Latoundji a fait le contraire sans avoir dos au mur. Des habitués pas blessés mais laissés dans le souci de tester d’autres joueurs pour connaître leurs valeurs avant les rendez vous à enjeux, c’est vraiment bien. Moussa Latoundji veut aussi susciter la concurrence au sein du groupe. Ce que Michel Dussuyer n’a pas souvent fait, faisant de certains, les intouchables. Nous allons espérer que les nouveaux joueurs comblent les attentes pour qu’en Juin, il y ait de l’effectif de qualité pour la campagne éliminatoire de la CAN Côte d’Ivoire 2023. Ça fait un moment que le nom de Ange Josué Tchibozo circule comme étant à la porte de la sélection du Bénin. J’espère qu’il va combler les attentes. Je salue cette liste de Moussa et je veux bien croire qu’il l’a fait en toute indépendance. Les écureuils ont besoin du sang neuf mélangé à l’expérience actuelle. Nous devons mettre toutes les chances de notre côté pour ne pas manquer la CAN 2023 en Côte d’Ivoire. Bon vent à Moussa et son groupe”.

Prosper VONDJEHOUNKO, journaliste reporter sportif à la Radio Capp fm Cotonou.

“D’abord, il faut saluer Moussa Latoundji pour sa philosophie, celle de profiter des matches amicaux pour essayer d’autres joueurs. Car, tout le monde s’accorde sur le principe que l’équipe nationale a besoin d’un nouveau souffle. Cela passe par un nouveau sélectionneur et quelques nouveaux joueurs. Ensuite Il a ciblé des secteurs où l’équipe a besoin de renfort même s’il n’a pas tout couvert. Le Bénin a besoin de marquer plus souvent pour gagner des matchs. Dans le secteur, il y a Mounié mais, il lui faut réellement de la concurrence. Faire venir Tchibozo et Aiyegun est bien. Maintenant, il faut les faire jouer pour voir comment ils vont réagir. Au niveau de la défense, il a aussi fait appel à un joueur athlétique. Il faut lui permettre aussi de s’adapter à l’équipe. Moussa Latoundji fait confiance à Agbégninou comme troisième gardien. Comme pour dire qu’à ce poste aussi, il faut commencer par préparer les jeunes. Saturnin Allagbé aussi est déjà en train de finir qu’on le veuille ou non. En club, il a actuellement des difficultés et n’est plus titulaire. Or en équipe nationale, il faut des joueurs en forme du moment. Pour le reste, on peut déplorer de ne pas voir de nouvelles têtes en milieu de terrain. Mais, ce n’est pas encore grave. Il faut voir comment le groupe va se comporter durant le tournoi d’Antalya et tirer les leçons pour juin”.

Arthur Selo, Journaliste, Chroniqueur Sportif à Banouto.

“Pour sa première, on se rend compte que Moussa Latoundji n’en a pas fait dans l’exagération. Il s’est globalement appuyé sur l’effectif habituel, à quelques exceptions près, même on aurait bien aimé voir de nouvelles têtes surtout au niveau du milieu de terrain. Si on s’en tient à la liste telle que rendue, il n’y a que quatre milieux de terrain même si on sait qu’il y a des joueurs comme Cebio Soukou ou Anaane Tidjani qui peuvent évoluer à ce poste. L’idéal aurait été sans doute d’avoir de nouvelles têtes typiquement à ce poste pour cette trêve internationale. Pour le reste, ça reste tout de même cohérent pour un gardien de but comme Guillaume Agbegninou dont le club (ASVO) n’a concédé qu’une seule défaite sur l’ensemble de la Ligue Pro. La nouvelle trouvaille de Latoundji au niveau de la défense, c’est Mohamed Tidjani que lui seul maîtrise le mieux, même si j’estime qu’on a déjà assez de défenseurs centraux et qu’il faille plus ce concentrer sur les côtés. Le seul arrière gauche de métier dans l’effectif reste David Kiki dont on connaît les limites et son apport offensif très limité également.
Sur les cas Michael Poté et Jordan Adeoti, je pense que c’est aussi logique. A un moment donné, il faut opérer le changement et faire comprendre à certains anciens qu’on a besoin de voir du mieux. Ils ont fait leur temps, mais il faut qu’ils cèdent la place à la jeunesse pour un nouvel élan et je veux bien espérer qu’on va pouvoir amorcer ce réellement changement pour un nouvel élan qui pourra apporter loin la sélection nationale du Bénin”.

Jules Tovodounon, Journaliste, Chroniqueur Sportif à africafootunited.

“Tout d’abord il faut louer le courage de Moussa Latoundji qui pense bousculer la cachette des rongeurs. C’est déjà un bon début par rapport à sa liste où on retrouve quatre nouveaux venus. Sur la liste je crois que c’est bien équilibrée. Et surtout la nouvelle concurrence au niveau des gardiens est très bien. Depuis un certain temps Dussuyer n’utilise que deux. Donc a y voir de près, c’est vrai que Latoundji ne veut pas qu’on parle de sa révolution. Ça semble qu’il veut s’affranchir de l’ère de Michel Dussuyer pour prouver à travers ces trois matchs tests qu’il est capable de conduire la team nationale. Maintenant le tout ne suffit pas de faire appel à des joueurs pour contenter ou compléter sa liste. C’est trouvé l’alchimie et faire en sorte qu’à l’issue de ses rencontres, on puisse sentir une équipe apte à reprendre du service.
Aussi chose remarquable il veut s’appuyer sur certains anciens comme Farnolle et Sessegnon pour maintenir son vestiaire en équilibre.
Dans l’ensemble c’est une liste à qui on peut donner le carton vert”.

Dohou Mensah, Promoteur du site eyiyadé.info.

“Moussa Latoundji a présenté au public sportif béninois une liste de joueurs un peu plus jeunes. Nous avons tout le temps décrié la sélection à laquelle nous a habitué Michel Dussuyer. Les mêmes joueurs à chaque fois. Mais aujourd’hui, il faut se frotter les mains d’autant que quelqu’un, un béninois est désormais à la tête de la sélection et décide de prendre des risques afin de tester de nouvelles têtes. C’est une bonne idée. Tactiquement, la liste est un peu déséquilibrée quand on voit que sur un total de 23 convoqués, on n’a que quatre milieux de terrain. Seul le coach a ses idées et saura gérer son effectif. C’est vrai que le résultat de ce tournoi va jouer sur le prochain classement FIFA mais, il faut vraiment s’éloigner de cette idée et commencer par apprêter le futur. L’autre chose qui fait plaisir dans cette liste de Moussa, c’est la présence des locaux même si c’est en nombre restreint. Deux, ce n’est pas mal. Nous avons un championnat qui est en cours et qui s’anime bien en nous présentant à chaque journées, des talents donc ce serait insipide de faire une liste sans les nôtres. D’aucuns diront qu’il a convoqué seulement deux. Il faut quand même se rappeler que c’est encore lui qui est à la tête des locaux. Donc, il maîtrise la plupart des nationaux. C’est donc le moment d’essayer d’autres armes. L’autre chose, il s’est offert la possibilité de tester de nouvelles têtes comme Guillaume Agbégninou venu comme le troisième gardien de la sélection, Mohamed Tijani, un défenseur qu’on ne connaît pas mais en qui le sélectionneur place sa confiance. Également, on peut aussi avoir un œil sur Ange Josué Chibozo de la Juventus, celui-là que tout le peuple béninois a toujours voulu voir sous les couleurs béninoise sans oublier Aiyegun Tosin, un attaquant du Fc Zurich. C’est une bonne idée qu’il a eu en convoquant ses jeunes. C’est une belle initiative. Pourvu que ces joueurs soient administrativement à jour. En un mot, on pourra commencer par se dire aujourd’hui que la révolution du football béninois prend son envol. L’essentiel pour le nouveau technicien, c’est de trouver l’animation de jeu nécessaire qui pourrait permettre à l’équipe béninoise de mieux se hisser”.

Karol Sékou, Journaliste, Chroniqueur Sportif au Matinal.

“Déjà je ne suis pas surpris parce qu’on voulait tous du changement. On voulait que cette analogie propre à toutes les listes quelque soit l’occasion cesse. On a constaté de la jeunesse , ce que l’ancien sélectionneur Michel Dussuyer peinait à faire. Si vous ne testez pas de nouveaux joueurs, avec de nouveaux styles, vous ne pouvez savoir de quoi ils sont capables. Ce sont ses occasions qui permettent d’avoir une équipe compétitive. C’est un signal fort qui a été lancé. Une équipe nationale, c’est le niveau et la forme du moment et non ce que tu as été pour ce qu’on a constaté depuis l’avènement de Michel Dussuyer jusque là. Maintenant, reste à savoir s’il sera à la hauteur. Parce qu’à le lire , on a l’impression qu’il attendait aussi ce moment depuis et c’est là le gros piège.
A-t-il les garanties nécessaires pour faire le travail ?”.

Boris Akan, promoteur du site 90mn foot.

Signalons que lors de cette journée FIFA que le Bénin joue un tournoi en Turquie où il affronteront le Soudan , le Libéria et le Togo.

Réalisation : Flavien ATCHADE