Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Politique : A l’UDBN, un nouveau vent s’est levé

Ils ne seront plus 02 cette fois-ci sur la planche de départ. Mais plutôt 05 partis politiques qui participeront aux prochaines élections municipales du 17 mai 2020. Très attendus, ces scrutins sont censés mettre à jour le processus démocratique entaché, selon certains, par l’exclusion des partis politiques de l’opposition. Et pour y arriver, la route ne fut pas du tout aisée pour les nouveaux. Car, en plus de déterminer l’ancrage local du parti, l’enjeu politique est de démontrer son influence au plan national.

Rares sont les partis à passer les mailles du Ministère de l’intérieur et de la Commission Electorale Nationale Autonome (CENA). En réussissant cet exploit, l’Union Démocratique pour un Bénin Nouveau (UDBN) marque une nouvelle étape dans la particularité du parcours et l’éclat de son l’idéologie politique. Désormais, l’objectif du parti est clair : rattraper son absence aux dernières législatives. Et cela passe par la reconquête du pouvoir local. Suite à la refonte, en septembre 2018, du code électoral et de la charte des partis politiques, l’étonnement fut grand de constater que l’UDBN n’a pu décrocher le sésame de la CENA après avoir pourtant franchi le cap controversé du certificat de conformité.

Alors beaucoup y ont vu le chassé-croisé des représailles de la décision entre temps du parti de ne pas se dissoudre dans les blocs à l’époque. D’aucuns ont prédit sa mort certaine. D’autres ont d’ailleurs salué le courage et la ténacité de la Présidente Claudine Afiavi Prudencio. Et c’est le plus exact. Car la vertu singulière de ce parti ne fut pas d’accepter cet échec mais de le contrarier. Cette traversée du désert, lui semble un tremplin. Comparé à d’autres, l’UDBN a fait montre d’une forte résilience. Très tôt, le parti s’était lancé dans une vaste réorganisation de ses structures. Du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest. Le nouveau système adopté exigait une renaissance des partis politiques à travers un bon maillage et un lifting de l’idéologie.

‹‹ Nous irons loin ! ››

Pari réussi pour l’UDBN car, c’est sans oublier que la tenue du 4e congrès constitutif en octobre 2018 a conforté son ambition. “L’UDBN est de retour et désormais prêt pour la reconquête du pouvoir à commencer par celui local. Nous (…) aussi iront loin”, se réjoui un responsable au lendemain de la réception définitive du dossier du parti par la CENA. Il a ainsi montré son ancrage au niveau social, ce qui explique qu’il ait survécu aux difficultés inhérentes à cette absence au scrutin législatif. Dans cette lancée, le parti a été très active sur les fronts en misant sur le leadership de sa Présidente.

Le Chef de l’Etat, Patrice Talon a d’ailleurs reçu le Bureau exécutif du parti dans le cadre des contacts récents qu’il a eus avec la classe politique. Plus que jamais remonté à bloc, l’UDBN est le seul parti dirigé à l’heure actuelle par une femme. Plusieurs ralliement et reconquêtes ont été obtenus. Et les dissensions internes inhérentes à toute formation politiques sont gérées au mieux. Et c’est ce qui justifie la nouvelle allure, la nouvelle méthode, les nouvelles idées et un nouveau programme. Changement d’acteurs, de décor et peut-être de pièce ! Un nouveau vent se lève à l’UDBN. Vent d’autan, vent d’antan ? Le 17 mai est si proche…