Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Africa-Vital’o : Nkurunziza était de la partie, Kaba Koné témoigne

Le chef de l’Etat burundais, Pierre Nkurunziza, est mort, le lundi 8 juin 2020, à l’âge de 55 ans, après un arrêt cardiaque. Il y a de cela 28 ans, le 6 décembre 1992, au stade Félix Houphouët-Boigny, le footballeur devenu président faisait partie de l’effectif de la formation burundaise, le Vital’o Football club, venue à Abidjan disputer la finale retour de la Coupe d’Afrique des vainqueurs de coupe. Au match aller, les Burundais avaient arraché le nul (1-1) aux Ivoiriens. Au retour, à Abidjan, ils avaient été laminés sur le score sans appel de 4-0. N’étant pas un des éléments clés du dispositif des Mauve et Blanc, ce footballeur resté dans l’anonymat, qui n’a pas marqué l’esprit des spectateurs lors de son passage au ‘’Félicia’’, allait être élu 13 ans plus tard président de la République du Burundi, notamment en 2005.

Ce que la plupart de nos lecteurs ignorent, c’est que le président sortant du Burundi, Pierre Nkurunziza, aimait profondément la Côte d’Ivoire où il a été formé à l’Institut national de la jeunesse des sports(Injs). Il y a obtenu son diplôme de professeur d’éducation physique et sportive. Le témoignage de Kaba Koné, secrétaire général de l’équipe vert et rouge lors de son sacre face au Vital’o en 1992, qui a été reçu par le Chef de l’Etat burundais, lors d’un déplacement de la sélection de la Côte d’Ivoire au Burundi, témoigne : ‘’ Lors d’un séjour au Burundi, à l’occasion d’une rencontre entre les Eléphants et les Hirondelles, la délégation ivoirienne, dont je faisais partie, a été reçue par le président Pierre Nkurunziza. Et ce, grâce au Consul honoraire de la Côte d’Ivoire au Burundi, Chérif Aïdara Bocoum. Durant la réception, le président burundais a révélé qu’il avait séjourné en Côte d’Ivoire. Et qu’il avait obtenu son diplôme de professeur d’éducation physique et sportive, à l’INJS, à Marcory. J’avoue que sa mort est une grosse perte pour l’Afrique, la Côte d’Ivoire, son pays d’adoption, et surtout pour le football de son pays, dont il était le premier supporter’’.

Choqué par la disparition brutale et inattendue de l’ex-milieu du Vital’o FC du Burundi, Kaba Koné affirme que la Côte d’Ivoire a perdu un très grand ami : ‘’ Il est vrai que Pierre Nkurunziza n’a pas connu une grande carrière de footballeur, ce n’était pas non plus un joueur extraordinaire, mais la Côte d’Ivoire a perdu un très grand ami. Il avait beaucoup d’amis dans notre pays. Il parlait avec beaucoup de plaisir de la Côte d’Ivoire. Quand il rencontrait les Ivoiriens, il ne voulait pas les laisser partir. C’était vraiment un amoureux, un passionné du ballon rond’’, se souvient-il. (Martial Gohourou, journaliste sportif ivoirien).