Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

MUNICIPALES ET COMMUNALES DU 17 MAI 2020 : MESSAGE DES PARTIS POLITIQUES EN LICE

Message du président de l’Union progressiste

Élections communales du 17 mai : L’Union Progressiste propose un nouveau paradigme à la gouvernance locale

Après dix sept ans de pratique de la décentralisation, les Béninois s’apprêtent à reprendre le chemin des urnes pour renouveler les conseillers communaux pour le compte de la quatrième mandature de la décentralisation.

Cependant, quel bilan peut-on faire des dix-sept années d’expérience de la gouvernance locale?

La décentralisation pensée et instaurée par le législateur pour favoriser le développement à la base a-t-elle pu combler les attentes ?

A l’analyse, bien que quelques avancées relatives restent à l’actif de ce système de gouvernance, il faut reconnaître que globalement, après dix-sept ans passés, les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs.

Et pour cause, certains élus n’ont retenu de la décentralisation que la déconcentration de la corruption. Ceci, parce que le personnel politique (élus communaux) et le personnel technique (les agents des Mairies) n’étaient pas suffisamment préparés à la tâche.

Par ailleurs, les recrutements ne permettent pas encore d’avoir les compétences dont les communes ont besoin.

Face à ce diagnostic fait par l’Union Progressiste qui dresse les forces et faiblesses de la gouvernance locale en près de deux décennies d’expériences, il déduit qu’elle n’a pas comblé les espoirs, car la décentralisation ne donne pas ses résultats escomptés. Ainsi, le parti présidé par Bruno Amoussou propose une thérapie choc pour un changement de paradigme.

La quatrième mandature, ouvrira donc une nouvelle ère de gouvernance locale au Bénin avec l’Union Progressiste qui entend avec ses conseillers communaux donner un nouveau souffle à une expérience dont dépend le véritable développement durable.

Pour y parvenir, le parti baobab, après une évaluation minutieuse du processus de la décentralisation a pris le soin de choisir ses candidats et surtout de les former et les encadrer. En effet, depuis six mois, le parti a mis en place des groupes de travail, composé de gens d’expériences et d’experts pour accompagner les élus.

Ce parti politique, le plus grand au Bénin qui a déduit la nécessité de saisir les opportunités qu’offre la quatrième mandature pour la placer sous le signe de la démocratie avancée et de la responsabilité assumée est prêt, engagé et déterminé pour changer la tendance.

Voter Union Progressiste.