Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Ecoles de formation professionnelle à l'UAC  : L’ENSTIC, de l’ombre à la lumière !

La maison des médias a servi de cadre pour une causerie entre le Directeur adjoint de l’Ecole nationale des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (ENSTIC), Wenceslas Mahoussi, les étudiants de ladite école et les hommes de médias, le vendredi 16 octobre 2020.Cette séance de causerie entre en droite ligne avec le lancement médiatique de la rentrée de l’année académique 2020-2021 à l’Enstic. Au cours de cette causerie qui a été une émission débat animée par le journaliste Venance Tonongbé pour le compte du numéro 285 de Café Médias Plus, le Docteur Wenceslas Mahoussi a levé un coin de voile sur l’institut public de formation en journalisme.

« ENSTIC/UAC: lumière sur institut public de formation en journalisme, Audiovisuel et communication au Bénin ». C’est le thème qui a été au cœur des échanges qui ont eu lieu le vendredi 16 octobre 2020 entre les hommes de médias, le Directeur Adjoint de l’Enstic et les étudiants en journalisme de ladite Ecole. Au cours de ces échanges, plusieurs sujets ont été abordés pour mieux connaitre cet institut public de formation en journalisme au Bénin. Dans son intervention, le Dr Wenceslas Mahoussi, Directeur-Adjoint de cet institut a fait savoir que depuis les indépendances en 1960, il n’y avait aucun institut public de formation en journalisme. Il faut remonter la genèse dans les années 80 pour la naissance du programme de formation Sciences et Techniques de l’Information (STI). C’est avec le temps que la filière de l’information et de la communication a vu le jour à l’Enam en 2009 mais qu’on ne parlait pas de journalisme. Les passionnés du journalisme allaient se faire former à CESTI à Dakar au Sénégal et dans les pays Européens (France, Belgique, Russie) voire même en Amérique (Canada, USA). Il a fallu attendre l’an 2011 pour voir naître le tout premier et le seul institut public de formation en journalisme, Audiovisuel et communication au Bénin. Cette école à sa création a été logée dans la cité de l’igname, Savalou. Mais sa distance n’empêche pas qu’elle soit rattachée à l’Université d’Abomey Calavi. C’est en janvier 2016 qu’elle sera délogée de Savalou pour l’Université d’Abomey Calavi où elle sera abritée par l’Amphi Etisalat qui est le bâtiment de la communication de cette Université publique.

De l’ombre à la lumière
Depuis sa création jusqu’en 2019, l’Enstic n’était pas aussi connu que ça. <> a laissé entendre le Directeur des études et stages Wenceslas Mahoussi. Mais aujourd’hui, elle est connue et même presque de tous. << Aujourd'hui quand vous demandez là où se situe l'Enstic, on vous dira qu'elle est au premier et deuxième étages de l'Amphi Etisalat>> a déclaré Wenceslas Mahoussi. L’Enstic a noué des partenariats avec plusieurs structures médiatiques et engagé beaucoup de réformes par l’entremise de l’actuelle équipe dirigeante en l’occurrence Alexis Gnanguènon et Wenceslas Mahoussi qui sont respectivement Directeur et Directeur adjoint.


Selon le DA, l’école depuis sa création fait de son mieux pour que les étudiants sortants de là soient de bons produits. Il y en a plein qui sont dans les organes de presse, qui travaillent déjà et qui font la fierté de l’école et de ses dirigeants. A l’Enstic, la pratique est désormais prisée. Ceci pour permettre aux étudiants d’être des praticiens. Aux dires du DA, la pratique sera de 80℅ et la théorie 20℅. A cet effet, l’école envisage prendre des coachs pour ces étudiants afin qu’ils les aident dans les travaux pratiques. L’école a créé également un forum des alumni et envisage de mettre tous les étudiants sortant dedans afin de les suivre de près et veiller à leur insertion professionnelle.
Il faut noter que l’Enstic fait désormais des offres de formation en masters en journalisme et communication en cours du soir outre que la licence en journalisme et Métiers de l’audiovisuel et multimédia. A en croire le DA, l’école affûte ses armes pour assurer une formation de qualité aux étudiants qui vont s’y incrire et ceux qui se sont déjà inscrits. Elle envisage aussi être d’ici à l’horizon 2025, une école de référence en Afrique de l’Ouest comme CESTI à Dakar au Sénégal.
Fiacre Awadji (Coll.)