Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Présidentielle 2021 au Bénin : le député Alladatin parle d’une condition d’octroi de son parrainage

Député membre de l’Union progressiste prêt à accorder son parrainage à un opposant, Orden Alladatin a déclaré qu’il parrainerait volontiers un candidat décidé à rétablir le droit de grève aux agents de santé.

On pourrait croire qu’il ironise. Mais lui assure qu’il est sérieux. Orden Alladatin, le député invité à la table du Café Médias plus ce vendredi 18 décembre 2020 a donné une idée du candidat qui pourrait bénéficier de son parrainage à la présidentielle de 2021 au Bénin.

Le pro-Talon des premières heures qui est prêt à parrainer un opposant a fait savoir qu’il pencherait pour un candidat qui inscrirait dans son projet de société l’intension de rétablir le droit de grève aux agents de santé.

« Moi, je dis que personnellement, je donnerai mon parrainage au projet de société qui va dire en son cœur, – et j’attends vraiment ça, les journalistes, vous allez voir-, le candidat à l’élection présidentielle qui dira que lorsque lui, il sera élu, il va ouvrir l’exercice du droit de grève dans le secteur de la santé sans encadrement. Si je vois ça, je donne mon parrainage à celui-là », a déclaré le député du parti Union progressiste.  Le motif, explique-t-il, est de permettre le jeu démocratique et la confrontation des idées contraires.

« Même pas de l’ironie. Je vais lui donner ça pour qu’il aille dire au peuple que lui président, il va laisser les gens mourir dans les hôpitaux. Moi je vais lui donner le parrainage pour qu’il aille dire ça, pour qu’on confronte nos idées ».

Exploiter une brèche

S’il aura la latitude de parrainer qui bon lui semble, c’est parce que, constate Orden Alladatin, il n’y a pas de base légale qui permettrait à un parti d’imposer un choix en terme de parrainage. Aussi, soutient-il, il se pose un problème politique conjoncturel qui nécessite de parrainer un adversaire idéologique au nom de la démocratie. « Je suis un démocrate, donc je suis appelé à solutionner le problème conjoncturel qui se pose. Et pour solutionner ce problème, je trouve que je ne suis pas dans des liens légaux qui m’empêchent d’ouvrir mes possibilités de parrainage, je vais l’utiliser. Je vais l’utiliser politiquement au nom de la démocratie », fait savoir Orden Alladatin.

Parrainer un adversaire, cela se fait ailleurs, cite-t-il en allusion à la France.  « Ça s’est fait en France. Les Lepen, ils n’avaient les parrainages requis pour présenter des candidats à la présidentielle. Avant les derniers soubresauts où le Front national a commencé par monter, ils n’avaient jamais eu ça. C’est les partis républicains et autres qui leur disent, ” au nom de la Démocratie, nous le parrainons”. Est-ce que cela veut dire qu’ils doivent venir de l’extrême droite avant de donner leurs parrainages à Lepen ? Non ! », a justifié le député béninois.