Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Coupe d'Italie : la Juventus accède à la finale par la petite porte.

Ronaldo a tiré un penalty sur le poteau et Milan s’est vite retrouvé à dix. Dans ces circonstances et pour son retour à la compétition, la Juventus est loin d’avoir brillé dans cette demi-finale retour de Coupe d’Italie. Ce nul 0-0 face à l’AC Milan (1-1 à l’aller) suffit pour se qualifier en finale face à Naples ou l’Inter qui s’affrontent demain.

Trois mois après l’arrêt des compétitions, l’Italie retrouvait enfin du football ce soir. Et quel lever de rideau puisque la Juventus recevait l’AC Milan pour une demi-finale retour de Coupe d’Italie. Après le nul 1-1 de la première manche, la Vieille Dame semblait être en ballottage favorable. Sarri alignait un 4-3-3 avec Matuidi au milieu mais sans Rabiot, qui démarrait sur le banc, et Douglas Costa pour compléter le duo Ronaldo-Dybala. Confronté aux blessures (Duarte, Musacchio) et aux suspensions (Hernandez, Castillejo, Ibrahimovic), Pioli faisait lui confiance à Bennacer dans l’entrejeu et une animation offensive autour de Çalhanoğlu et de Lucas Paqueta en soutien de Rebic.

Dans cette configuration, les Milanais débutaient difficilement. Rapidement asphyxiés par les Turinois, ils restaient dans leur moitié de terrain sans jamais toucher le ballon ou presque. Suite à un bon travail d’Alex Sandro, Douglas Costa s’offrait une première opportunité sans trouver le cadre (2e). Les Rossoneri relevaient à peine la tête quand l’arbitre de la rencontre accordait un penalty aux locaux après une main de Conti dans la surface (15e). La soirée débutait mal… Car si le poteau repoussait le penalty de Ronaldo (17e), dans la foulée de l’action, Rebic se rendait d’un geste très dangereux en élevant son pied au niveau de la tête de Danilo (17e). Après à peine plus d’un quart d’heure de jeu, le Croate laissait ses partenaires à dix contre onze…

Une Juventus décevante mais qualifiée

Cela s’annonçait compliqué mais en infériorité numérique, Milan se montrait plus sérieux, bien emmené par son duo au milieu Bennacer-Paqueta. En face, la Juve perdait un peu de rythme et ne se procurait plus vraiment d’occasion. Il y avait tout de même cette tentative de Matuidi suite à un débordement de Danilo mais bien bloquée par Donnarumma (31e). En panne d’imagination, les Bianconeri revenaient avec de meilleures intentions en seconde période. Malgré une alerte signée Çalhanoğlu (49e), ils se rapprochaient toujours plus du but milanais à l’image du tir de Dybala (50e) puis de Ronaldo (56e), alors que Bonucci avait lui carrément l’ouverture du score au bout du pied (59e).

C’est l’heure de jeu que Sarri profitait de sa profondeur de banc avec les entrées de Khedira, Rabiot et Bernardeschi (63e). Pourtant malgré l’apport de sang neuf et un sauvetage de Kjaer devant De Ligt, la Juventus arrivait à court d’imagination. Milan faisait même jeu égal dans cette fin de rencontre tendue mais ennuyeuse. Donnarumma entretenait même le suspens en déviant cette frappe de Dybala (80e). Un arrêt pour l’honneur car si elle n’a pas brillé, la Vieille Dame retrouvera Naples ou l’Inter en finale de Coupe d’Italie. Il faudra faire mieux pour récupérer un trophée soulevé pour la dernière fois en 2018.