Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Parakou : FCBE perd un siège, des soucis pour Yaya.

Par une décision de la Cour Suprême hier à Porto-Novo, un siège des FCBE a été invalidé par suite d’une plainte. Conséquences la FCBE avec désormais 16 conseillers sur désormais 32, n’a plus la majorité absolue des sièges à Parakou. La cour demande l’annulation de l’élection du Maire de Parakou et des Chefs d’arrondissements. La Cour ordonne sous quinzaine la reprise de l’élection du Maire et des Chefs d’arrondissements de Parakou. Dans une conférence de presse du conseiller Mr Abdoulaye Traoré Ousman a L’hotel de la bourse du travail à Cotonou hier nuit, ce dernier a accusé les dirigeants actuels de son parti à Parakou d’etre à la base de ce coup politique. «En voulant me faire du mal ça s’est retourné contre eux » a –t-il lancé. En réalité, le conseiller déchu fait partie des frondeurs du parti, ceux qui étaient opposés à l’élection de Aboubacar YAYA comme maire.

«Le contentieux sur l’éligibilité ne peut survenir après l’élection». Estime Franck Oké un juriste. «C’est une hérésie juridique grave. La CENA est censée livrer la liste des candidatures après avoir retenu les personnes régulièrement éligibles. Si le peuple a pu choisir librement, c’est qu’il estime qu’on lui a présenté des candidats aux dossiers fiables. » a-t-il ajouté. En la matière il y a une jurisprudence en la matière. Georges Guedou et Babamoussa Aboubacar. Tous élus députés puis invalidés par la Cour Constitutionnelle. Suite à une décision de la Cour suprême, les FCBE ont perdu un siège de conseiller municipal et, partant, leur majorité absolue qui ne tenait justement qu’à un seul siège et leur donnait le droit de désigner le maire de la ville et ses adjoints. En effet, le conseiller déchu a fait, par le passé, l’objet dune condamnation devenue définitive pour fait d’escroquerie. Il ne pouvait et ne devait donc pas être aligné sur une liste électorale, conformément à la loi. Mais peut-être aurait-il échappé à cette sentence si son cas n’avait pas été porté devant la Cour suprême puisque son dossier de candidature ne renseigne pas sur son statut de condamné. Autrement la CENA l’aurait certainement relevé.