Le Journal de NOTRE EPOQUE

Journal béninois d’investigation, d’analyses et de publicité – Récépissé N° 953/MISPCL/DC/DAI/SCC du 27 mars 2007

Portrait : Douhadji Joseph, l’Épervier qui explore les horizons.

Douhadji Joseph connait une carrière professionnelle atypique. Depuis ses débuts professionnels, le défenseur togolais a connu des clubs africains mais également le vieux continent. Sans réellement s’ériger au rang de superstar, la carrière du jeune togolais n’en demeure pas pour autant moins intéressante. Au cours de ses nombreuses aventures, il a connu de belles expériences.

Né le 5 décembre 1994 à Agbetiko, Joseph Douhadji est un international togolais qui évolue au poste de défenseur central. À ses débuts, le jeune joueur a évolué dans les tournois de district avec Unisport de Kangnikopé. Il ne connaîtra cependant pas la D1 ou la D2 dans son pays. C’est au Nigeria qu’il vivra ses premières grandes aventures. Il s’engage dans un premier temps avec le club Dolphin FC. Il y évolue jusqu’en 2016 avant de changer de couleurs. Il ne quitte cependant pas le championnat nigérian.

En février 2016, il rejoint sans frais Rivers United. Il y évolue pendant 1 an quelques mois avant de s’envoler vers une nouvelle destination. Son épisode avec Rivers United terminé, Joseph Douhadji quitte le Nigeria et le continent africain et s’envole en Turquie vers une nouvelle aventure. Sur le vieux continent, Joseph Douhadji évolue avec Adama Demirspor. Il y reste pendant une année environ avant de connaître une période sombre. Pendant une année environ, Joseph Douhadji restera sans club avec un enchaînement de blessures.

En juillet 2019, il rebondit en Afrique du Sud signant à Bidvest Wits FC. Il y joua la compétition CAF. Comme un peu trop souvent, son bail coupe court assez vite. Six mois après, il rejoint Black Léopards le 31 janvier 2020. Dans sa nouvelle aventure le natif d’Agbetiko cherche encore ses repères mais est freiné par la crise sanitaire mondiale qui sévit. Pour rappel, Joseph Douhadji a déjà connu des sélections avec les Éperviers du Togo sous Claude Leroy.

Gaël HESSOU

Le Journal de NOTRE EPOQUE